Le succès de la romance au temps de la Régence

Source : Pixabay / CallaNegra

Pourquoi les romances historiques, notamment celles ayant la Régence anglaise pour toile de fond, plaisent (toujours) autant ?

Mais, pourquoi ce genre nous passionne autant ?

Depuis plusieurs décennies, la Régence est un genre très prisé des auteurs de romances historiques anglo-saxons. Désormais, même des auteures françaises comme Liv Fox et Christi Saubesty proposent des écrits tout à fait charmants. 

La Régence anglaise, une période plutôt méconnue en France

La période de la Régence en Grande-Bretagne, officiellement définie de 1811 à 1820, offre un tableau captivant de bouleversements sociaux et de contrastes entre élégance et pauvreté : un sujet qui continue d'attiser l'intérêt des lecteurs contemporains. Ce terme englobe initialement la période où le Prince de Galles, futur George IV, gouverne en tant que régent alors que son père George III, souffre de troubles mentaux.

Cependant, l'utilisation du terme s'étend souvent pour inclure une période plus large : de 1795 à 1830, couvrant ainsi la fin du règne de George III et celui de son fils George IV ; voire celui de son successeur Guillaume IV. Avec Victoria, nous entrons dans l'ère victorienne

Une époque contrastée

Les nombreux bouleversements politiques et sociaux influençant cette période ne sont autres que la Révolution française et ses conséquences, les guerres napoléoniennes, les mouvements anti-esclavagistes, etc. Passionnant, non ?

 

L'histoire d'un genre

L'héritage littéraire de la Régence, porté par des auteures emblématiques telles que Jane Austen et Georgette Heyer, continue de laisser une empreinte indélébile sur le genre, tissant une connexion inédite entre le passé et le présent. Ces auteures ont su capturer avec finesse les nuances de la société et des relations humaines de l'époque, offrant des récits intemporels qui résonnent encore aujourd'hui.

Le charme du passé, avec ses costumes somptueux et ses décors enchanteurs, nous offre une évasion bienvenue loin de notre quotidien. Cependant, c'est surtout la passion dévorante qui anime les personnages, défiant les conventions sociales pour trouver le grand amour, qui résonne si profondément en chaque lecteur et lectrice d'aujourd'hui.

Là réside tout le génie de la productrice Shonda Rhimes et du showrunner Chris Van Dusen qui ont su, par le biais d'un élément uchronique (la Reine Charlotte qui aurait des origines africaines de par son ancêtre portugaise Margarita de Sousa y Castro aurait utilisé son statut pour favoriser le métissage en Angleterre), moderniser le genre avec La Reine Charlotte : Un chapitre Bridgerton. De cette série, on retient également une bande-son singulière, reprenant les tubes d'aujourd'hui avec les instruments de l'époque !

Cependant, pour avoir une vue complète de cet héritage, il est essentiel de mentionner le rôle majeur de Barbara Cartland. Son œuvre extrêmement prolifique a joué un rôle crucial dans la démocratisation de ce genre romanesque, notamment dans les années 80. Grâce à ses romans, Cartland a contribué à populariser et à perpétuer l'intérêt pour cette période fascinante de l'Histoire.

Au fil des décennies, d'autres auteures ont également enrichi le panorama littéraire de la Régence. Mary Jo Putney, Jane Ashford, Teresa Madeiros, Lisa Kleypas et bien d'autres encore, ont apporté leur propre perspective et leur talent à ce genre, élargissant sa portée et sa diversité.

Aujourd'hui, alors que les fans attendent avec impatience la nouvelle saison des Bridgerton (à partir de la série littéraire éponyme de Julia Quinn qui a ravivé l'intérêt pour la Régence), on observe une évolution dans le style narratif. Si la littérature de la Régence était autrefois souvent marquée par des conventions strictes et une certaine pudeur, on assiste désormais à une exploration plus audacieuse et moderne des thèmes et des intrigues, reflétant les sensibilités contemporaines tout en préservant le charme intemporel de cette époque élégante et intrigante.