Lire un extrait Le Destin des dieux

Prologue

Au milieu du 14e siècle

Des ombres et du brouillard dansent sur la plaine entre les arbres, alors que l’obscurité s’étend lentement sur le sol, remplaçant le jour. À grands pas, je me fraye un chemin à travers la prairie et les arbres vers la petite élévation. Les fines branches me piquent la plante des pieds. Je les perçois à peine, mon attention étant entièrement captée par mon objectif. Je me dois de vérifier, de découvrir par moi-même si le destin va s’accomplir. Si les dieux sont vraiment prêts à tout détruire. Leur monde et celui des humains.

Mon regard balaye la vallée qui s’étend en contrebas et se fixe à l’horizon. Le soleil descend lentement, laissant derrière lui une fine lueur orangée, dernier témoignage de sa présence. Un témoin qui disparaîtra bientôt, dès que l’obscurité dominera la terre.

Il ne reste que quelques secondes. Je sens ce qui va se passer et retiens mon souffle. Alors que le jour et la nuit se rencontrent dans un moment d’équilibre parfait, une douce lueur bleue se glisse dans le crépuscule. Elle se propage rapidement, créant un pont vers le monde des dieux, et bouleversant ainsi l’équilibre des mondes.

Un instant qui change tout. Un moment qui nous détruira.

Ce n’est qu’après la fin du spectacle, lorsque le ciel s’éteint et perd sa lumière divine, que je me permets enfin de respirer. Mes genoux fléchissent et je m’effondre, écrasée par l’inéluctabilité de ce qui vient. Des larmes coulent sur mes joues, glissant jusqu’à mon menton.

L’air devient plus froid, caresse mon âme meurtrie et m’apporte un soulagement. La douleur ne disparaît pas, mais je parviens à avoir une pensée claire. Submergée par la colère, je serre mes mains en poings et me lève. Il n’y a pas d’autre voie. Je les avais prévenus, il y a des années.

Marchant sur le chemin tracé par ma destinée, j’avais prédit ce qui allait se passer. Cependant, l’arrogance empêchait les dieux de reconnaître la vérité. Maintenant, ils n’ont plus d’échappatoire, je vais les forcer à s’incliner devant le destin.

Peu importe le coût.

Chapitre 1

Bienvenue à l’asile !

— Et là-bas, c’est le secteur des filles, conclut enfin M. Hendriks.

Cela fait plusieurs minutes que je ne l’écoute plus, je me contente de hocher la tête de temps en temps. Va-t-il vraiment franchir la porte et pénétrer dans « le refuge de la communauté scolaire féminine » ? Ces mots semblent refléter ses pensées. Après son discours sur la stricte séparation des sexes, je doute qu’il en ait réellement le courage.

Il pousse la porte battante d’un vert nauséabond. C’était une surprise de constater à quel point le couloir était lumineux, malgré les épais murs de pierre de l’ancien bâtiment. Les encorbellements des fenêtres ont au moins trente centimètres de profondeur, mais le bois clair au sol et la peinture blanche sur les murs embellissent cette partie de l’école. La rendant, contrairement au reste que j’ai vu jusqu’à présent, vraiment chaleureuse. S’éclaircissant la gorge, M. Hendriks attire mon regard. Avec un sourire, il pointe vers la fin du couloir.

— Ta chambre est tout au bout à droite.

— Merci pour la visite guidée, grommelé-je en me dirigeant enfin vers le lit.

Je ne sais pas si M. Hendriks ne pénètre effectivement jamais dans cette aile ou s’il ressent mon humeur maussade et souhaite me laisser mon espace. Je m’en fiche. Depuis des heures, je n’aspire qu’à une chose : me glisser sous les draps et laisser couler mes larmes.

Je marche rapidement le long du couloir. À gauche, le soleil brille à travers les fenêtres, tandis qu’à droite, des portes mènent à différentes pièces. Je serre contre ma poitrine l’uniforme scolaire qui m’a été remis, presque comme s’il pouvait me protéger de tout danger.

Le château de Kingswood sera ma maison pour les deux prochaines années, que je le veuille ou non. Et je ne le veux pas. Absolument pas. Mais personne ne me demande mon avis. Ni ma tante ni le destin. Tous prennent joyeusement des décisions à ma place, pour mon bien… bien sûr.

Je m’arrête devant la dernière porte. Ma future chambre. Je prends une grande inspiration et redresse les épaules. Puis, je rentre sans frapper, claque la porte derrière moi et attends qu’on me réprimande pour cette action. Mais tout reste silencieux.

Dieu merci.

Je suis seule, enfin. Malheureusement, cela ne durera probablement pas longtemps, car il y a deux lits dans la chambre.

Merde, je m’y attendais.

Ma valise et mon sac sont placés à droite à côté de l’un des bureaux. Un employé a apporté mes quelques affaires dans ma chambre pendant que M. Hendriks me montrait l’internat et m’expliquait les règles de la maison.

Frustrée, je me jette sur le lit dont les draps sont intacts. De ce point de vue, ma situation n’est guère meilleure, mais je me sens plus à l’aise. Le lit me comprend, il me réconforte. C’est d’ailleurs mon meilleur ami, qui ne m’a jamais déçu. Je caresse doucement la couverture blanche avec mes doigts, comme si elle pouvait ressentir mes émotions.

OK, Laurie, tu es en train de craquer.

À cet instant, la porte s’ouvre brusquement, me sauvant d’un éclat de rire hystérique ou d’une crise de larmes désespérée. Les chances sont toujours de cinquante-cinquante.

— Putain de merde, s’exclame la jeune femme en face de moi. Qu’est-ce qui t’arrive ? 

Une bonne question que je préfère laisser sans réponse.

— Je m’appelle Laurie, dis-je en me levant péniblement.

La journée a été trop longue, et ce, avant le thé de l’après-midi.

— Samira, répond ma nouvelle colocataire en fermant la porte derrière elle.

Ses cheveux sombres tombent en douces ondulations sur ses épaules, m’éblouissant presque de leur brillance.

— Tout va bien ? Tu as l’air d’un zombie. 

Sa franchise me surprend, mais elle est rafraîchissante et agréable. Dans une école dont les frais de scolarité dépassent le salaire annuel de nombreux Anglais, je m’attendais à plus de politesse feinte.

— Malheureusement, c’est mon visage, il a toujours l’air comme ça, réponds-je d’un ton sec.

— Oh ! Merde, s’exclame-t-elle, portant immédiatement ses mains à sa bouche.

Elle les laisse ensuite redescendre lentement.

— Pardonne mon impertinence. Je suis désolée. Non pas pour ton visage, mais parce que ma langue a été plus rapide que ma raison.

Je ris à gorge déployée, manquant presque de m’étouffer de mon propre rire. Ce rire sonne étrangement à mes oreilles, et je m’arrête, désemparée.

— Je suppose que j’aggrave la situation, dit-elle en me lançant un regard penaud.

Je secoue simplement la tête.

— Excuse-moi, c’était une blague. 

— Oh, je ne t'ai pas offensée, alors ? demande-t-elle avec prudence.

— Non.

En réalité, je me sens pour la première fois légère et insouciante, depuis je ne sais combien de cycles lunaires…

Samira s’assoit sur son lit, qui est juste en face du mien.

— Eh bien, j’ai la fâcheuse tendance à dire tout ce qui me traverse l’esprit. La plupart des humains n’apprécient pas vraiment cela. 

— Je peux l’imaginer. 

La vérité est une potion difficile à avaler. Nul ne le sait mieux que moi.

Samira m’examine ; moi aussi. Elle porte l’uniforme scolaire vert avec l’emblème, le cerf sacré, ce qui ne me donne guère d’indications sur sa véritable nature.

— Si tu veux, je peux te montrer l’aile des filles, dit-elle soudainement.

Je me demande si elle prend le temps de respirer en parlant.

Je pèse mes options un instant. En réalité, je n’ai pas vraiment envie de discuter davantage et je préférerais être seule. Cependant, sans l’aide de Samira, je serais sans doute perdue ici et les cours commencent déjà demain. De plus, je vais à coup sûr devoir m’entendre avec elle, après tout… nous allons vivre ensemble pour une certaine durée. Et je veux que cela se passe le plus simplement possible. Alors j’acquiesce.

— Avec plaisir. Dois-je porter mon uniforme pour la visite ? lui demandé-je.

Je ne suis pas familière avec la vie en internat, j’ai auparavant fréquenté une école publique à Londres. Du moins, jusqu’à ce que ma tante en ait assez de moi et décide qu’elle était trop jeune pour élever un enfant. Qu’importe que je sois presque adulte et que je n’aie plus vraiment besoin d’éducation.

— Non, je voulais justement me changer. 

Samira se lève presque en bondissant et retire son blazer de ses épaules. D’où lui vient toute cette énergie ? Inspirée par son enthousiasme, je me lève, lisse ma jupe noire et ajuste mon sweat à capuche qui avait glissé vers le haut. Un rapide coup d’œil dans le miroir du portillon me révèle l’ampleur de mon allure de « zombie-Laurie ». Pas étonnant que Samira ait été surprise. Mon rouge à lèvres bordeaux est étalé et mon mascara est brouillé. Je fouille rapidement dans mon sac pour ma trousse de maquillage et me prépare… Zut, où est la salle de bains ?

Samira semble remarquer ma confusion.

— Troisième porte à gauche.

— Dans le couloir ? je laisse échapper, réalisant soudainement la portée de ses paroles.

Douches. Toilettes communes.

Oh. Mon. Dieu.

— Merde, tu pensais que nous avions notre propre salle de bain, résume Samira, en lisant mes pensées à travers l’expression de mon visage.

Je me contente de hocher la tête, incapable de décrire le sentiment qui m’envahit. Qui a eu cette idée saugrenue de créer des salles de bains communes ? L’intimité n’est apparemment pas une priorité au Château de Kingswood.

— Ce n’est pas si terrible, je te le promets, dit-elle, essayant de me rassurer.

Bien que j’en doute, je quitte notre chambre ; je n’ai de toute façon pas le choix. Zombie Laurie doit disparaître avant d’effrayer davantage de personnes.

Comme guidée en mode pilote automatique, mes jambes m’amènent trois portes plus loin et mon imagination s’emballe : des filles hurlant de façon hystérique, examinant avec désapprobation le corps des autres.

Lentement, je pousse la poignée et entre. Mes craintes de partager une salle de bain avec toutes les filles de l’étage s’avèrent infondées. Il y a quatre lavabos, qui semblent être partagés par deux filles chacun, car sur chaque lavabo se trouvent deux verres à dents et divers flacons et pots. Seul un côté du lavabo le plus éloigné à droite est vide, c’est donc probablement ma place.

Un passage mène à une pièce légèrement plus petite où se trouvent deux cabines de douche séparées. Samira avait raison, ce n’est pas si mal. Du moins, si nous prenons nos douches à des moments différents. Et les toilettes sont dans une pièce séparée, ce qui est un énorme avantage.

Je regarde autour de moi pendant un moment, vérifiant la propreté des lieux - tout est impeccable, pas de moisissure. Je pose ensuite ma trousse de toilette sur le lavabo avec une seule brosse à dents. C’est probablement celle de Samira, mais en réalité, peu importe. Je ne la connais pas mieux que les autres filles avec qui je partage la salle de bain.

Je serre brièvement le rebord froid du lavabo de mes doigts et laisse tomber ma tête. Respirant profondément, je savoure cet instant de solitude. Mes parents, mes amis et ma vie d’avant me manquent.

Arrête de regarder en arrière, Laurie. Tu dois aller de l’avant. Toujours en avant, j’entends la voix de ma mère dans ma tête. Elle détestait quand je baissais les bras, oubliant toutes les bonnes choses de ma vie et laissant place à l’obscurité. Mais honnêtement, il m’est difficile en ce moment de voir le bon côté des choses.

J’ouvre le robinet, laisse couler l’eau dans mes mains, que je façonne en coupelles, puis m’en asperge les yeux.

La fraîcheur est revigorante et m’aide à maîtriser mes pensées. Ce n’est pas la fin, c’est un nouveau départ. Ça doit l’être.

Alors que l’eau perle sur mon visage, je réalise que je n’ai pas pris de serviette avec moi.

Sans plus attendre, je m’essuie le visage avec les manches de mon sweat à capuche noir préféré. Cependant, un coup d’œil dans le miroir me révèle que cela n’a fait qu’empirer les choses. Mes cheveux noirs pendent en broussaille et sans éclat, et mes yeux étroits me scrutent d’un air critique. Je sors ma brosse, mais cela aide peu à dompter les mèches épaisses. Clairement, les gènes méditerranéens de ma mère.

À l’aide d’un peu de coton et de savon, je me débarrasse des restes de maquillage, puis j’applique du mascara pour réussir à camoufler les cernes sous mes yeux. Ces dernières nuits, je n’ai guère dormi, mais cela ne regarde personne. Je réfléchis un moment à laisser tomber l’utilisation du rouge à lèvres bordeaux, mais l’applique finalement sur mes lèvres. Il me fait me sentir bien, belle et normale. Pourquoi devrais-je m’en priver ? Juste parce que les mœurs ici semblent dater du XVIIIe siècle ? Du moins en ce qui concerne la stricte séparation des genres.

Lorsqu’enfin presque présentable, je quitte la salle de bains pour retrouver Samira, elle s’est déjà changée, troquant son uniforme pour des vêtements plus confortables. Son sweat à capuche gris lui va à merveille, contrairement au mien qui est deux tailles trop grand. Elle a associé cela avec un jean noir et a tressé ses cheveux en une natte élaborée.

— C’est mieux, commente Samira en voyant ma nouvelle apparence, avant de mordre sa lèvre inférieure.

Je vérifie quant à moi mon allure dans le miroir. Mes épaisses chaussettes de laine sont visibles au-dessus de mes bottines noires à lacets. Je les remonte d’abord un peu, puis les resserre. En ajustant ma tenue, mon doigt effleure un accroc dans mon bas de soie sombre, mais ce détail ne saurait troubler mon esprit. Je glisse avec précaution mon pourpoint dans ma jupe de lin noir et remonte mes manches jusqu’aux coudes.

— Ton style me plaît, déclare Samira ; ses paroles teintées d’une sincérité flattent mon ego.

Normalement, je ne suis pas vaniteuse, mais je veux laisser une bonne impression. Passer inaperçue et surtout ne pas attirer l’attention. C’est pourquoi il est important pour moi de me sentir bien le premier jour et de faire face à la nervosité. 

— Merci. À présent, je suis à nouveau présentable. Habituellement, le zombie Laurie ne se manifeste que rarement. 

Samira réfléchit un instant, puis s’approche de moi, passe son bras sous le mien et nous fait pivoter.

— Ton alter ego zombie ne m’a pas tant dérangé que ça. Mon seul souci, c’était que tu aies une envie soudaine de dévorer mon cerveau.

— Les cerveaux, c’est seulement pendant les nuits de pleine lune, donc je peux te rassurer : tu peux encore profiter de ton intelligence pendant quelques jours, réponds-je sur le ton de la plaisanterie.

Je ressens un moment d’insouciance malgré la douleur familière qui persiste en moi. Depuis la disparition de mes parents, cette souffrance est devenue une compagne fidèle, m’ancrant fermement dans la dure réalité de ce monde.

— En route. 

Avec une soudaine détermination, Samira se saisit de mon poignet et m’entraîne à sa suite. Nous déambulons dans le corridor, dépassant l’antichambre d’eau pour, finalement, approcher de l’escalier. Mais à une porte de celui-ci, Samira marque une pause… et un sentiment d’appréhension m’envahit.

Même si ma colocataire semble sympathique, en est-il de même pour les autres filles ? En réalité, cela n’a pas d’importance, car je suis ici pour réussir à mon baccalauréat et non pour me faire des amis. Cependant, les choses seraient nettement plus simples si tout le monde était au moins un peu aimable. Mon cœur bat si fort que je peux l’entendre résonner dans mes oreilles, noyant tous les autres bruits. Le changement est mon ennemi, il l’a toujours été. C’est pourquoi je presse mes ongles dans la paume de ma main et respire calmement, attendant que mon pouls effréné se stabilise.

Lorsque Samira se tourne vers moi, je réalise qu’elle a dit quelque chose que j’ai manqué.

— Pardon ? 

Le soleil brille à travers les fenêtres derrière nous, projetant nos ombres sur le mur. Il fait étonnamment chaud pour un mois de septembre.

— Qu’es-tu ? répète Samira, mais sans contexte, sa question n’a pas de sens.

— Quoi ?

— Oui, es-tu riche ou intelligente ? 

— Hein ? 

— Eh bien, pour fréquenter le Château de Kingswood, soit tu es exceptionnellement douée et tu obtiens une bourse, soit tu as des parents extrêmement riches qui dépensent une fortune pour ton éducation, explique-t-elle.

— J’aurais aimé pouvoir dire que je suis intelligente, réponds-je, laissant le reste à l’imagination de Samira.

Si elle en déduit que je suis riche, après tout, ce n’est pas ma faute, n’est-ce pas ? Car je ne suis ni l’une ni l’autre. Au lieu de cela, j’ai juste eu de la chance — ou de la malchance, selon le point de vue —. Pour ma tante, qui m’a finalement libérée, c’était probablement le jour le plus heureux de sa vie. Pour moi… eh bien, je ne peux rien y changer.

— Je ressens la même chose, dit Samira, me donnant un petit coup de coude. Alors tu es l’une des personnes normales, car il n’y a qu’un ou deux boursiers par décennie. Mais cela aurait pu être pire, n’est-ce pas ? 

— Oui, réponds-je avec un sourire forcé, heureuse qu’elle laisse tomber le sujet.

— Alors, es-tu prête ? 

J’acquiesce, mais ma nervosité revient en un éclair.

— De toute façon, presque tout le monde est sorti pour profiter du beau temps avant que le sérieux de la vie et des cours ne reprenne demain. Mais j’ai parlé à quelques amies du fait qu’une nouvelle fille emménageait avec moi. Elles sont très curieuses. 

— Eh bien, génial. Cependant, quelque chose me trouble. Pourquoi portais-tu ton uniforme s’il n’y a pas encore de cours ? 

— J’étais à la chapelle, dit-elle.

Intriguée, je la regarde.

— Crois-tu en Dieu ? 

— Et toi, non ? 

— Non.

Plus depuis longtemps.

— Oh, c’est compris. Nous sommes très ouverts ici. Tu es libre de croire en ce que tu veux. Personne ne te jugera pour cela. Troublée par sa réaction, je me passe les doigts dans les cheveux.

Trop tôt à mon goût ; Samira ouvre la porte du salon commun. Des voix douces nous parviennent, mais elle avait raison : il n’y a que quelques filles présentes. De grands canapés sont éparpillés le long des murs, leur disposition hétéroclite ajoutant au charme de la pièce. C’est un endroit, bien éclairé, presque chaleureux et confortable. Des rideaux élégants et des fleurs fraîchement coupées confèrent à la pièce une atmosphère chaleureuse et familière.

La conversation s’arrête et les filles me scrutent. Excitées, elles se lèvent et s’approchent. Leurs regards m’inconfortent vraiment, et leurs sourcils levés me donnent une idée de leur première impression : je suis différente de ce à quoi on s’attendait. C’est peut-être simplement à cause de ma couleur préférée, le noir, que je porte presque tout le temps.

— Les filles, voici Laurie. En fait, je ne sais pas grand-chose d’elle, dit Samira en se tournant vers moi.

— Peut-être devrais-tu te présenter toi-même. 

— Salut, je… commencé-je, prenant une grande inspiration. Calme-toi, Laurie. Ce ne sont que des gens.

— Je suis Laurie et je viens de Londres. 

Samira hoche la tête, satisfaite. Il me semble avoir franchi le premier obstacle. Ce n’était pas si difficile.

— Voici Maren, Diana, Sarah et Aurora. 

— Comme… 

— Ne le dis pas, me coupe Aurora, interrompant mes mots avant même que je ne puisse terminer ma phrase. S’il te plaît, tu as l’air sympa, mais si tu mentionnes la Belle au bois dormant maintenant…

Je retiens mon commentaire.

— Enfance difficile ? 

— Changeons de sujet, dit Aurora repoussant une mèche blonde derrière son oreille.

J’acquiesce.

— Elle exagère, dit Maren en riant, tendant la main poliment.

Aurora rétorque, exaspérée :

 — Toi au moins, tu n’es pas constamment comparée à la Belle au bois dormant. 

— C’est un compliment, Aurora, répond Sarah en retournant à sa place.

Les autres filles la suivent, et Samira m’entraîne avec elles.

— Après tout, c’est une princesse. 

— Incroyablement belle, ajoute Maren.

Diana se penche en avant, examinant d’abord mes Dr. Martens, puis mes chaussettes et, enfin, ma jupe courte.

Elle pose son regard sur mon rouge à lèvres écarlate et je lui adresse un sourire, maintenant son regard alors qu’elle me contemple, surprise.

— Dis-nous-en un peu plus sur toi, Laurie, murmure-t-elle, retrouvant ses esprits et croisant les bras sur sa poitrine.

Bien sûr. Il y a un an, mes parents sont décédés dans un accident. J’aurais dû être avec eux dans la voiture, mais je ne l’étais pas. Pendant que je vis, ils sont morts. Ensuite, j’ai dû emménager chez ma tante. J’ai dû quitter ma maison et mes amis pour me réorienter. Jusqu’à ce que ça devienne trop pour ma tante. Jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus supporter le chagrin et le désespoir qui me submergent depuis un an. C’est pourquoi je suis ici maintenant. Et vous ?

Naturellement, je garde ces pensées pour moi et dis plutôt :

— J’ai vécu à Londres jusqu’à l’année dernière et j’y ai été scolarisée. Ensuite, j’ai dû malheureusement déménager à la campagne et, finalement, je suis arrivée au château de Kingswood. 

— Nous passons toujours les vacances d’hiver à Londres et célébrons Noël avec toute la famille. J’adore cette ville. Les illuminations de Noël sont uniques, dit Maren d’un air rêveur.

— Oui, ça me manque énormément. 

— Tu vas adorer la vie au Château de Kingswood, promet Samira.

Je peux lire de la sincérité dans ses yeux.

Nous discutons brièvement de l’origine des autres, puis les filles reprennent la conversation que nous avions interrompue. Comme elle porte sur les cours et les enseignants du Château de Kingswood, je ne peux pas vraiment y contribuer, et je suis également incertaine de savoir si mon avis est vraiment souhaité. Alors je laisse vagabonder mes pensées.

Lorsque des rires éclatent dans la pièce, je sursaute. Ces dernières minutes, j’étais dans les nuages. Heureusement, personne ne semble l’avoir remarqué.

— Pourquoi as-tu changé d’école ? demande soudainement Sarah.

La question est si inattendue que je suis à court de mots pendant un moment.

— Et bien… je… je ne voulais pas déménager, surtout pas en dehors d’Angleterre, alors nous avons opté pour cette solution, inventé-je.

C’est plus facile à dire que je ne l’aurais cru.

Diana me regarde avec scepticisme, je perçois les failles dans mon mensonge.

— Que veux-tu dire par là ? Tes parents ont-ils déménagé sans toi ? 

Je pousse un soupir de soulagement. Au moins, mes paroles l’ont amenée à penser que mes parents ont simplement déménagé et ne sont pas décédés.

— Oui, en Afrique.

Je réponds, évoquant le premier continent lointain qui me vient à l’esprit. Mais Diana insiste.

— Pour quelle raison y sont-ils allés ? 

— Pour un travail, lâché-je précipitamment.

Samira, assise à côté de moi, passe doucement sa main sur mon avant-bras.

— C’est fou, j’aurais cherché une issue moi aussi. 

Au moins une semble être de mon côté… et je lui adresse un sourire reconnaissant.

— Viens, continuons la découverte, dit Samira.

— On pourra discuter davantage plus tard. 

Acceptant sa main tendue, elle m’aide à me lever et je la suis dans le couloir.

Cela s’est mieux passé que je ne l’espérais. Pourtant, je sens la méfiance et le doute des filles. Cela pourrait être dû au fait que je leur ai menti pendant une grande partie de notre conversation. Pas sur des choses me concernant directement, mais je tiens à protéger les secrets de mon passé à tout prix. Les filles semblent percevoir ma réticence et maintiennent une certaine distance, exactement ce que je recherche. Je n’ai aucune envie de répondre à des questions trop personnelles ni de laisser penser à qui que ce soit que l’absence de mes parents ne m’affecte pas ou que je suis pleinement satisfaite de cette situation. Avoir de la compagnie pendant les repas et les cours me suffit amplement.

— Voici la seconde salle de bains de cet étage, les toilettes sont toujours sur la droite. Et si on sert des haricots au dîner, c’est définitivement une bonne chose à savoir. 

Pendant que Samira me guide à travers l’aile des filles, elle me chuchote à l’oreille de petits secrets comme celui-ci qui me font rire. Nous quittons le couloir pour descendre d’un étage.

Appeler cet escalier « imposant » serait un euphémisme. D’immenses tableaux ornent les murs, représentant différents sujets, des portraits aux natures mortes en passant par des paysages. Les marches sont recouvertes de tapis et je me tiens fermement à la rampe, de peur de trébucher. Arrivée en bas, je lève les yeux au ciel et prends un moment pour apprécier la beauté du lieu. J’ai l’impression que le sol vibre, comme si le vieux bâtiment tentait de communiquer avec moi. Je secoue la tête, amusée.

— Par ici, nous allons à la cuisine et au garde-manger. Cet endroit est strictement interdit, poursuit Samira, mais j’ai abandonné l’idée de retenir tout ce qu’elle me dit.

Je vais sûrement me perdre plusieurs fois les premiers jours. Le Château de Kingswood me rappelle un peu Poudlard. Est-ce que les escaliers bougent ici aussi ?

Samira se penche vers moi.

— Quand c’est Alfredo qui travaille, il y a toujours des muffins fraîchement cuits. Parfois, il laisse la porte ouverte le soir et met des muffins de côté pour nous. Nous nous faufilerons en bas après le couvre-feu, me chuchote-t-elle.

Il s’agit de l’un de ces secrets que j’ai dû mal entendre.

— Un couvre-feu ? 

— Oui, à 22 heures, les lumières s’éteignent et nous devons toutes être dans nos chambres. Les week-ends, les enseignants sont un peu plus souples et nous avons une heure de plus, explique Samira, nonchalamment.

— Est-ce une plaisanterie ? 

— En réalité, c’est plutôt bien. Cela nous donne un rythme. 

Un rythme qui est imposé et loin de préserver notre autonomie. Inutile de me mettre en colère, je vais devoir m’y faire.

Nous quittons le couloir interdit et mon indignation concernant le couvre-feu. J’ai l’impression que chaque couloir ressemble exactement au précédent.

— J. K. Rowling est-elle déjà venue ici ? demandé-je à Samira sur le ton de la plaisanterie.

J’essaie de me souvenir du chemin pour retourner dans l’aile des filles.

Elle se retourne, perplexe.

— Quoi ? Je ne pense pas, pourquoi ? 

— Rien, oublie, marmonné-je, abandonnant le sujet.

Vu sa réaction, je crains qu’elle ne connaisse pas Harry Potter, ce qui influencerait définitivement mon opinion d’elle.

Tandis que l’obscurité enveloppe l’extérieur, les couloirs et les pièces s’illuminent. De majestueux lustres suspendus au plafond répandent une lumière douce et chaleureuse. Arrivées devant un escalier en colimaçon, Samira s’arrête.

— C’est le chemin qui mène sur le toit. Nous ne pouvons monter qu’avec un surveillant, c’est pourquoi la porte est fermée. 

Elle hausse les sourcils.

— Mais parfois, un professeur oublie de fermer à clé, et nous nous y retrouvons. Et alors…

Samira me donna un coup de coude complice.

— … il n’y a aucune règle, Laurie. 

Je n’ai pas compris tout de suite ce qu’elle voulait dire. À sa grande déception.

— Les garçons et les filles se rapprochent à moins de vingt centimètres, si tu vois ce que je veux dire. 

— Merde, M. Hendriks était sérieux ? exclamé-je involontairement.

Samira acquiesce et ouvre les portes à deux battants de la pièce suivante. Cette règle doit être une mauvaise blague. Mais en entrant dans la salle à manger, je réalise à quel point je me trompais. Les garçons et les filles sont assis séparément à des tables différentes. Seul un groupe est mixte. Je contemple avec étonnement l’immensité de la grande salle. Il s’y trouve de longues tables en bois pouvant accueillir plusieurs centaines d’élèves. Sur le côté gauche, il y a le buffet où une petite file s’est formée. Les plats sont disposés dans de grands récipients et chacun se sert lui-même. La viande, cependant, est servie par une cuisinière. En face, il y a le bar à boissons qui semble offrir un choix varié. Je reconnais de l’eau, des jus de fruits et des sodas. Mais aussi une machine à café et du thé. Malgré sa taille, la salle est étonnamment calme et accueillante. Des voiles blancs sont suspendus en ondulation au plafond, éclairant la salle qui, avec ses hautes fenêtres en verre et ses murs en pierre brute, donne une impression rustique.

— Ah, voilà les filles. Viens. 

Sans hésiter, Samira saisit mon poignet et m’entraîne vers une table à l’extrémité arrière de la salle. Elle nous guide habilement à travers le labyrinthe d’élèves qui se dirigent vers leurs places avec leurs plateaux remplis. J’accroche une table en voulant éviter un plat de purée de pommes de terre et de petits pois et manque de tomber. Samira tente de me retenir, mais ma main lui échappe. Avant que je ne perde complètement l’équilibre, un autre bras m’attrape et me redresse.

Une chaleur soudaine m’envahit m’incitant à regarder la main qui serre mon bras. Elle est immédiatement retirée et je frotte l’endroit où elle se trouvait quelques instants auparavant.

— Désolé, murmure le garçon en face de moi, baissant la tête.

Ses cheveux blonds tombent devant ses yeux, m’empêchant de le voir clairement.

— Pourquoi t’excuses-tu ? demandé-je, surprise, mais Samira m’entraîne de nouveau. Merci ! crié-je au garçon en suivant ma camarade de chambre.

Je remarque alors que presque toute la salle à manger est silencieuse et me dévisage. Super, avec mon petit incident, j’ai réussi à attirer l’attention de tout le monde.

J’évite leur regard, espérant ne pas devoir partager des détails sur moi. Quelques instants plus tard, les conversations reprennent. J’espère qu’elles portent sur autre chose que sur moi.

Mais même si je suis maintenant le centre des discussions, cela n’a pas d’importance, car il y a beaucoup de choses que je peux contrôler et changer, mais l’opinion des autres n’en fait pas partie.

— Laurie, murmure Diana à mon oreille après que nous nous soyons assises avec les autres filles de la salle commune.

À côté des visages familiers, il y a aussi des nouveaux et Samira me présente brièvement, mais Diana ne la laisse presque pas parler.

— Dès le premier jour, tu fais des trucs comme ça. 

Je hausse les épaules. Ça peut arriver à tout le monde, non ?

— Laurie ne perd pas de temps, dit Samira avec un sourire malicieux, que je regarde, confuse.

— Comment ça ? 

C’est Francesca, que je viens de rencontrer, qui m’explique.

— Lucas est l’un des garçons les plus mystérieux de l’école. Et c’est un Royal. 

Ses longs cheveux noirs lui tombent sur le visage, retenus seulement par de grandes lunettes. Elle effleure son nez du bout de l’index. J’espère une explication, mais elle ne donne aucune suite.

— Est-il de la noblesse ? demandé-je en cherchant Lucas des yeux.

Il est assis parmi un groupe de jeunes à une table et je remarque immédiatement la différence : il y a des garçons et des filles. C’est presque un scandale dans cette école. Est-ce cela qui choque tout le monde ?

— Non, il n’est pas vraiment noble, explique Samira.

— Bien que cela ne me surprendrait pas si un jour on découvrait qu’il est de la famille royale. On les appelle ainsi parce qu’ils sont simplement parfaits. Ils sont intelligents, riches et privilégiés. Ils ont même des cours différents. 

— Ils ? 

— Les Royals, murmure Diana avec admiration, laissant Aurora soupirer.

Il y a quelque chose que je ne comprends pas. Pourtant, je ressens une chose clairement : la réticence des filles envers moi a disparu. Pour une raison quelconque, elles me traitent soudain comme si j’étais l’une des leurs. Même Diana a mis de côté sa méfiance. Elle parle avec moi comme si j’étais une de ses amies. Apparemment, je fais maintenant partie du groupe. Que je le veuille ou non. Et clairement, ça ne me plaît pas. Avoir des amis proches signifie inévitablement être déçue, et je n’ai pas le temps pour ça.

Ma rencontre avec Lucas m’a fait devenir un membre de ce groupe, et je ne comprends vraiment pas pourquoi.

— Les Royals, répété-je, et petit à petit je commence à comprendre.

Ce sont les enfants populaires. Ces individus que personne n’ose aborder, de crainte d’être rejetés ou ignorés. Jadis, j’étais semblable à eux. Pourtant, mon arrogance ne m’a pas épargné de la souffrance. Et c’est là l’essentiel : la douleur nous unifie. Inéluctable et impérieuse, elle s’impose à tous, ne laissant personne indifférent. Que l’on soit riche, doté d’une grande intelligence et d’une beauté éclatante, ou pauvre, d’une simplicité ordinaire et affublée d’un gros nez.

Je me penche en avant, observant le groupe de plus près.

— Est-ce vous qui leur avez donné ce nom ou d’où vient-il ?

— Je n’en ai aucune idée, répond Francesca.

— Ils ont toujours été appelés ainsi.

Aurora croque dans une pomme, mâche brièvement et parle ensuite la bouche à moitié pleine — pas du tout comme la Belle au bois Dormant.

— C’est vrai. 

À la table au centre de la longue pièce, à côté de Lucas se trouvent deux autres garçons et trois filles. Ils discutent pendant le repas, mais Lucas semble être plutôt du genre silencieux. Il ne participe pas beaucoup à la conversation, mais je remarque qu’il écoute toujours, car parfois il hoche la tête ou la secoue légèrement.

— Honnêtement, ils me semblent pareils à tout le monde, dis-je, attirant l’incrédulité des filles. À part le fait qu’ils semblent ignorer la règle selon laquelle les garçons et les filles doivent manger séparément. 

Diana s’éclaircit la gorge :

— Nous n’avons pas vraiment à le faire. 

— Alors pourquoi le faites-vous ? demandé-je, surprise.

— Parce que nous n’avons pas grand-chose en commun avec les garçons. Et la plupart du temps, nous n’osons pas leur parler, explique Sarah.

Je ne peux m’empêcher de sourire. Oh, mon Dieu, c’est trop mignon. Le concept de l’école fonctionne clairement.

— Les Royals, par contre, sont…

 — … incroyablement cool. Ils sont inséparables, l’interrompt Maren.

— Et ça nous donne quelque chose sur quoi fantasmer, car les garçons sont vraiment canons. Diana a le béguin pour Manuel, me chuchote Samira en souriant.

— Pas du tout, s’indigne Diana. Mais il est juste… eh bien, beau quoi. 

— Et Phil alors, soupire Francesca.

Souriant, je tourne de nouveau mon regard vers les Royals.

— Qui est qui ?

— Le blond aux boucles, c’est Phil. Elena, sa sœur jumelle, est assise à sa gauche, ils ont les mêmes cheveux, tu ne trouves pas ? À côté d’elle, il y a Cassandra, elle est incroyablement intelligente. Parfois, elle en sait plus que les professeurs, explique Aurora. Tu connais déjà Lucas. Il reste Manuel et Kira. Ils se disputent parfois violemment. C’est explosif entre eux, je te le dis.

Lucas feuillette un magazine et un des autres garçons — Manuel — se penche tellement vers lui qu’il peut aussi bien le voir. Ses lèvres bougent et Lucas rit, donnant un coup de coude amical à son ami comme pour acquiescer. Soudain, Manuel prend une de ses frites et la lance sans prévenir vers le garçon en face.

— Était-ce Phil ?

Contre toute attente, il tourne la tête et la capture habilement avec sa bouche. Je pousse un soupir de soulagement. Je n’avais pas réalisé que je retenais mon souffle. Ils rient alors que Kira pique dans l’assiette de Manuel. Et même s’il lui lance un regard noir, ça ne l’arrête pas. Non, au contraire, il lui pousse même le reste de son assiette. Je comprends maintenant ce que les filles veulent dire, les Royals ont une aura bien à eux. Ils fonctionnent comme une machine bien huilée et semblent se comprendre sans avoir à se parler. Leur complicité est tangible, ne laissant aucun espace pour la discorde au sein de cette amitié soudée.

Mon estomac gronde.

— Allons au buffet, d’accord ? 

— Une visite guidée, ça creuse, hein ? dit Samira en se levant.

Je la suis.

— Et ça fatigue. 

Plus nous nous approchons de la nourriture, plus l’odeur est alléchante. Il y a tout ce qu’on peut désirer. Des légumes fraîchement sautés aux pâtes et au riz, en passant par le quinoa et le couscous. Différentes salades ainsi que du poisson et de la viande.

Samira me tend une assiette et nous nous dirigeons vers le buffet. Je me sers généreusement. À côté des légumes sautés et de l’aubergine marinée, une montagne de pâtes et de salade atterrit dans mon assiette.

— Le poulet est incroyablement croustillant, dit Samira, mais je secoue la tête.

— Merci, je ne mange pas de viande. 

— Oh, es-tu végétarienne ? 

— Oui, j’essaie de limiter autant que possible ma consommation de produits d’origine animale. Ma mère était une grande adepte d’une alimentation saine et sans produits d’origine animale. 

Zut. Je réalisai mon erreur tardivement.

— Wow, je ne pense pas que je pourrais faire ça, dit Samira, m’incitant à pousser un soupir de soulagement.

Heureusement, elle n’a pas remarqué que j’ai parlé de ma mère au passé.

Nous retournons à notre table. Tandis que mon assiette est pleine à craquer, elle n’a pris qu’un peu de viande et quelques feuilles de salade.

— C’est comme ça que j’ai grandi, donc ce n’était pas un changement pour moi. 

Lorsque nous nous asseyons, les autres ont déjà terminé leur repas et la salle commence à se vider.

— Les repas sont-ils servis par tranches ici ? demandé-je en goûtant les légumes.

C’est incroyablement délicieux.

— Non, mais le buffet n’est ouvert que pendant une heure et demie. Ensuite, il ferme, m’informe Diana.

— Et les plus jeunes ? Où mangent-ils ? 

— Ils ont leur propre salle à manger avec le personnel enseignant. Ils doivent encore apprendre les bonnes manières à table. 

Je me retiens de faire un commentaire et continue à manger. L’aubergine est exquise et je la savoure, la laissant fondre doucement sur ma langue. Les filles bavardent tout au long du repas, mais je ne les écoute guère. Ma chambre, ma maison, mes amis me manquent. Même si Tante Allory m’a arrachée à mon environnement il y a déjà un an, chaque changement me rappelle combien mon ancienne vie me manque. Et qu’ardemment persiste en moi ce désir de remonter le cours du temps. Il m’accompagnera probablement toute ma vie.

Tout en mâchant, je balaye du regard les environs, tentant de détourner mes pensées de leur cours. Confuse, je m’arrête. En face de moi, contre le mur, se tient un jeune homme qui me regarde ouvertement. La curiosité se lit sur son visage et j’ai le sentiment que de nombreuses questions non posées flottent entre nous. Ses sourcils relevés créent de profonds sillons sur son front, ce qui me fait frissonner. Je pose ma fourchette, croise les bras sur ma poitrine, car je me sens soudainement exposée. Comme s’il avait percé tous les mensonges que j’ai proférés aujourd’hui en une fraction de seconde. J’ai du mal à respirer, une chaleur m’envahit. Son regard brûle sur ma peau, s’étend sur tout mon corps, me mettant en feu. Quelque chose en lui me captive et…

Samira me tire par le bras.

— Laurie ? Laurie ! 

Je cligne des yeux, détourne le regard et aussitôt, je me sens glacée. La chaleur a disparu.

— Quoi ? parviens-je à dire.

— Est-ce que tout va bien ? 

— Euh… entamé-je, mais je perds le fil de mes pensées.

J’ai du mal à me concentrer. Mon regard revient immédiatement vers le garçon. La chaleur est de retour et j’avale ma salive.

— Qui est ce garçon là-bas ? chuchoté-je, par peur irrationnelle qu’il puisse nous entendre.

Les cheveux noirs rejetés en arrière, le garçon continue de me fixer. J’ai l’impression que ses yeux brillent d’une lueur dorée. Mais à cette distance, je ne peux pas vraiment le voir.

— Qui ? demande Samira en regardant autour d’elle.

Je fais un signe de tête vers le mur et le garçon semble surpris. Ma colocataire se tourne à nouveau vers moi.

— Où ça, Laurie ? 

— Cette fille ? Patricia Elcott, dit Francesca, mais je secoue la tête.

— Juste en face de nous. 

— Tu veux dire Manuel ? 

L’intonation de Samira trahit sa confusion.

Je n’ai même pas remarqué Manuel, mais je peux enfin penser clairement à nouveau. Car le regard du garçon ne menace plus de me brûler, au contraire, il me réchauffe agréablement de l’intérieur.

— Non, derrière lui. Directement contre le mur. Il se dirige maintenant vers la porte. Cheveux noirs, vêtements sombres, mains dans les poches de sa veste en jean et démarche fluide. 

Démarche fluide ? Qu’est-ce que je raconte ? Mais c’est vrai, ce garçon a quelque chose de félin. Son regard était exigeant et avide de nouveautés, mais il semblait aussi assuré et supérieur. En même temps, il était doux, comme s’il savait exactement comment je me sentais. Comme s’il avait ressenti ma tristesse.

— Laurie, il n’y a personne là-bas. Tout le monde est assis à sa table. Seul Manuel fait des bêtises, dit Samira, me ramenant à la réalité. Et il a l’air vraiment sexy en le faisant.

Je fais abstraction des élans passionnés de Samira.

— Quoi ? Vous ne le voyez pas ? Là, près de la sortie. 

Avec chaque mot, ma voix monte d’un cran et mon cœur bat à tout rompre.

Maren se lève et s’étire.

— Non, il n’y a personne. 

— Je ne vois pas de garçon non plus, confirme Aurora, et Diana acquiesce.

— Quoi ? Mais… balbutié-je, cherchant le mensonge dans leurs yeux. En vain.

Perplexe, je presse mes lèvres et cherche le garçon qui est maintenant près de la porte. Il se retourne vers moi une dernière fois, entouré d’une lumière brillante. Puis il disparaît. Juste comme ça. Je cligne des yeux, ressens l’air soudainement aussi sec que de la poussière et tousse.

Qu’est-ce qui vient de se passer ?

C’est impossible.

Mais je l’ai vu de mes propres yeux.

Merde ! Tante Allory avait raison. Le chagrin me change… il me rend folle. Une sensation de nausée m’envahit et une boule se forme dans ma gorge, rendant la respiration difficile. J’essuie mes mains moites sur ma jupe en jean et tente de me calmer.

— Laurie ? dit Samira, me secouant doucement par le bras. Tout va bien ? 

Non, rien ne va bien. Je me sens sombrer dans la folie, me laissant envahir par des pensées impossibles. En réponse, je secoue simplement la tête, incapable d’exprimer ces mots à voix haute.

Mon appétit a disparu, alors je repousse mon assiette et ferme les yeux quelques instants. Les filles reprennent leur conversation, et je suis soulagée qu’elles me laissent tranquille pour le moment.

Pourquoi est-ce que je vois des gens disparaître subitement ? Et pourquoi cela arrive-t-il maintenant ? Mes yeux sont éblouis par la lumière quand je les rouvre pour chercher le garçon dans la pièce. Mais il n’y a personne.

Il ne reste aucune preuve de sa présence, pas la moindre trace. Cependant, la sensation de son regard et le feu qu’il a allumé en moi persistent, me plongeant dans une folie tourmentée. Désespérée, je passe mes doigts dans mes cheveux, luttant pour contenir mes larmes.

Respire, Laurie. Tu es fatiguée, stressée, et tu as à nouveau perdu ton chez-toi. Il est normal d’imaginer des choses. C’est le stress. Oui, c’est ça !

— Laurie, es-tu sûre que tout va bien ? demande doucement Francesca.

Je lui réponds en hochant la tête.

— Tu ne veux pas finir tes légumes ? Tu en as laissé presque la moitié. 

— Je suis rassasiée. 

— Bon, alors allons-y. Allons passer une agréable soirée, propose Francesca en se levant.

Je me lève aussitôt, espérant secrètement que nous nous dirigerons vers l’aile des filles, car je crains d’avoir déjà perdu le chemin. Tout ce que je désire, c’est me glisser dans mon lit et m’endormir, laissant derrière moi les événements de la journée.

Mon cœur se calme peu à peu et ma pensée devient plus claire. La prise de conscience que mon imagination a pris le dessus, même si cela est normal en période de stress, me permet de respirer librement. Néanmoins, mon estomac se noue, moins convaincu par cette théorie.

Diana avance d’un pas devant notre groupe, puis se retourne et marche à reculons.

— Quel film voulons-nous regarder ? 

— Un Disney, décide Aurora.

— Wonder Woman, crie Francesca en même temps.

Samira rit.

— Nous le regardons presque toujours. 

— Parce qu’il est vraiment génial, rétorque Francesca en justifiant son choix, puis elle se tourne vers moi.

— Quel est ton film préféré ? 

J’écoute d’une oreille distraite, encore immergée dans la scène de la salle à manger, cherchant une solution à cette énigme.

— Laurie ? insiste Francesca, me rappelant sa question.

Je chasse ces pensées, ignore les souvenirs et les écarte de mon esprit.

— Il y en a tellement, murmuré-je.

— Alors, cites-en quelques-uns, peut-être que nous les aimons aussi, dit Diana pour m’encourager.

Je suis presque touchée de voir à quel point les filles font des efforts pour moi. Cependant, je ne veux pas m’attacher à elles. J’ai trop perdu ces derniers mois et ne peux supporter davantage de douleur, le genre de douleur que l’amitié crée inévitablement. Car seuls ceux qui comptent peuvent vraiment blesser.

La porte menant à l’aile des filles apparaît et je soupire de soulagement.

— Vous savez quoi ? Je suis épuisée et je dois encore déballer mes affaires avant que la routine ne reprenne demain, m’excusé-je. Je préférerais donc retourner dans ma chambre. 

— Nous pourrions faire autre chose, jouer à un jeu ou quelque chose du genre, propose rapidement Aurora, mais je fais signe de la main en direction de ma chambre, pendant qu’elles restent devant la salle commune.

— Non, ce n’est pas ça. Aujourd’hui a été une journée éprouvante, dis-je, en laissant échapper un bâillement malgré moi. À demain. 

Je me retourne rapidement et marche d’un pas décidé le long du couloir. J’entends des murmures derrière moi, puis le silence s’installe et une porte se ferme. Soulagée, je ralentis le pas, impatiente de prendre une douche… Zut, j’ai oublié les douches communes. Néanmoins, je ne m’arrête pas, je prends une serviette dans ma chambre, attrape ma trousse de toilette et me précipite presque dans la salle de bain. Je tiens surtout à ne croiser personne. La pièce est vide. Je saisis cette occasion, enlève rapidement mes vêtements et saute sous l’eau chaude. Les paumes de mes mains posées sur les carreaux frais, j’espère trouver l’apaisement, retrouver la clarté d’esprit et faire disparaître cette agitation intérieure qui s’est emparée de moi depuis ma rencontre avec l’invisible. En vain.

Même une heure plus tard, allongée dans mon lit, après avoir déballé ma valise et rangé tous mes vêtements et affaires, son image est toujours présente. Chaque fois que je ferme les yeux, son image brûle à l’arrière de mes paupières. Outre le fait que je me sois imaginé cette rencontre, il y a autre chose qui me retient, qui occupe tout mon esprit.

Triste, je serre ma peluche de Bourriquet contre moi et enroule mes bras autour de nous deux. Depuis la mort de mes parents, c’est mon compagnon constant la nuit. Il me réconforte, chasse le sentiment de solitude. Et alors je comprends. Je réalise ce qui cause cette douleur dans ma poitrine. Chaque seconde où ce garçon m’a fixée, j’ai eu l’impression que ma façade s’effondrait un peu plus, qu’il pouvait voir derrière et me voir. Pas la façade que j’ai construite et montrée à tous, mais moi seule, avec toutes mes imperfections et toute ma tristesse.

Et c’est à la fois beau et terrifiant.

Chapitre 2

Une fois adulte, les monstres ne vivent plus dans le placard.

À mon réveil le lendemain matin, les caresses du soleil sur mon visage m’arrachent doucement au sommeil. D’abord désorientée, les souvenirs des derniers jours s’infiltrent peu à peu dans ma conscience. Me résignant à ma situation, je reste allongée, bercée par le silence ambiant. J’écoute la respiration tranquille de ma colocataire et remonte la couverture jusqu’à mon menton.

Ne voulant pas encore lâcher la tranquillité matinale et ma paix intérieure, je ferme fortement les yeux. Cependant, mon pouls s’accélère et je revois le jeune homme aux cheveux noirs de la salle à manger. Plus les secondes passent, plus cette rencontre semble irréelle. Pourtant, son regard continue de brûler ma peau, me harcelant de mille questions non posées. C’était tellement fou…

Pour me distraire, je saisis mon téléphone sur la table de chevet et ouvre Instagram. Je ferme sans lire le message de ma tante. Elle m’envoie presque tous les jours des nouvelles, mais je ne les ai jamais ouvertes, c’est encore trop tôt et ma colère est trop forte. Même si Allory voulait faire la paix, je ne suis pas prête pour le moment.

Instantanément, ma main tremble et les larmes brouillent ma vision. Le mal du pays s’installe, pesant lourdement sur ma poitrine, m’ôtant l’air. Ce que je ressens n’est pas pour le petit appartement d’Allory, mais pour notre grande maison dans la banlieue de Londres. Je pleure pour ma mère et mon père, pour le chien dont les poils sont encore accrochés à mes vêtements. Pour Amy, Derek, et surtout pour Blake. Depuis notre enfance, nos vies étaient étroitement liées, jusqu’à ce que la mort, dans son sens le plus cruel, nous arrache l’un à l’autre. Suite à l’accident de mes parents, je l’ai repoussé, rompant tout lien avec lui.

Pour autant que je me souvienne, nous étions amis depuis la naissance, nos mères s’étant rencontrées à cette occasion. Être avec Blake me donnait le même sentiment d’être chez moi que la maison dans laquelle nous vivions, les barbecues que mes parents organisaient chaque été, ou les soirées cinéma qui étaient une tradition.

Mélancolique, je fais défiler les photos de mes amis que je n’ai pas vus en personne depuis des mois. Malgré tout, ces photos me donnent l’impression de faire encore partie de leur vie. Je reconnais le café où Mackenzie et Emery se retrouvent l’après-midi. Je sais précisément de quel professeur d’anglais Mike se plaint et je partage le sentiment de Jeremy, qui trouve que le sport avec M. Jeffreys est une torture. Dans ma poitrine, deux sentiments se battent : la tristesse et l’espoir. Cet internat pourrait être une nouvelle chance pour moi. Personne ici ne connaît mon passé. Je peux faire une croix dessus et enfin regarder vers l’avenir.

— Mais tu dois les oublier, sinon tu risques de perdre quelqu’un d’autre, murmure une voix intérieure, tandis qu’une tension commence à s’insinuer en moi.

— Jamais ! crié-je en retour. Je ne pourrais jamais les oublier.

— Tu n’en sais rien, hurle la peur en moi, et mon regard s’attarde sur une photo de Blake.

Il fait danser joyeusement Amy et, soudainement, les larmes me montent aux yeux.

Ils me manquent terriblement et je me maudis d’être responsable de cette situation. Mais je ne pouvais plus supporter sa pitié.

— Bonjour, dit Samira, me tirant de mes pensées.

J’essuie rapidement mes larmes.

— As-tu bien dormi ? Ma mère dit toujours que le rêve que tu fais lors de ta première nuit dans un nouveau lit devient réalité. 

— Épuisée, je m’assois, tire mes genoux vers ma poitrine et suis surprise de voir comment quelqu’un peut être aussi énergique dès le réveil.

Samira me sourit et se tourne entièrement vers moi. Ses cheveux sont emmêlés et une mèche pend sur son visage. Elle la repousse et bâille.

— Oh, tu es en colère contre moi ? Est-ce que je t'ai réveillée hier soir ? Je suis partie juste après le film, mais tu dormais déjà… Je suis désolée, je voulais… 

— Samira, l’interromps-je, désirant ardemment prendre un café. Ne t’inquiète pas, je suis juste fatiguée. 

— Ah, je vois, tu n’es pas du matin. 

J’acquiesce, range mon téléphone et me lève. J’ai accroché l’uniforme scolaire à la porte de mon placard la veille. La jupe est ornée de carreaux verts et marrons, et est encore surpassée en laideur par le pull vert foncé. Sur la gauche de la poitrine se trouve un blason. Je peux presque entendre le brame du cerf dans le lointain, et je laisse échapper un soupir profond. Pourtant, je commence par la jupe, puis le pull et enfin la chemise, change de sous-vêtements et enfile les vêtements. Samira se lève aussi et, armée de son peignoir, me dépasse pour aller à la salle de bain.

Devant le miroir de notre chambre, j’applique du mascara sur mes cils et envisage brièvement de mettre du rouge à lèvres. Ne voulant pas avoir d’ennuis avec les enseignants, je rejette rapidement l’idée. Et pour être honnête, dans une école aussi conservatrice, le rouge à lèvres est probablement considéré comme une abomination.

Étant donné que je n’ai croisé aucune fille excessivement maquillée ce matin, mon intuition pourrait être correcte. Je passe la matinée au secrétariat, où je suis accueillie d’abord par le directeur puis par la psychologue scolaire. Je les connais déjà, ils étaient présents lors de mon entretien. Avec Miss Henriette, je passe en revue mon emploi du temps. La plupart des cours sont imposés, sauf quelques exceptions où j’ai le choix. Ainsi, je choisis les arts plutôt que la musique, et l’astronomie plutôt que la psychologie. Les matières comme les mathématiques, l’anglais, la physique, le français, la biologie et la religion sont obligatoires. De plus, il y a énormément d’ateliers et de cours de sport, que Miss Henriette me recommande vivement. Dieu merci, elle ne veut pas que j’aie du temps libre pour réfléchir…

Bien, le cynisme ne m’aidera pas.

Je remercie donc la psychologue scolaire pour le temps qu’elle m’a consacré et me dirige vers le déjeuner.

— Laurie, me salue Samira, se levant de sa chaise.

Elle bondit vers moi et pose un bras autour de mes épaules. Je me raidis automatiquement, peinant à supporter ce contact et cette familiarité. Rapidement, je crispe mes mains, enfonçant mes ongles dans ma peau. La douleur momentanée m’aide à gérer cette situation inattendue. Je songe à m’éloigner de Samira et à aller à une autre table. La discussion de l’emploi du temps était épuisante et j’aurais aimé avoir quelques instants pour moi. Mais je rejette cette idée. Cela semblerait étrange et les filles pourraient le prendre comme un rejet. De plus, un peu de compagnie pourrait être agréable.

Discrètement, je regarde autour de moi, cherchant le mystérieux garçon de la veille. En riant, je me dis que je suis idiote. Il ne sera pas là et il n’apparaîtra plus jamais. Du moins, je l’espère.

— Comment s’est passé ton premier jour jusqu’à présent ? demande Samira, me serrant contre elle.

Nous nous frayons un chemin parmi les élèves affamés vers la table où nous étions assises la veille. Apparemment, il y a un arrangement de sièges officieux que tout le monde respecte. Les « Royals » sont également présents, occupant les mêmes places qu’hier.

— Plutôt bien, je peux désormais réciter mon emploi du temps par cœur, dis-je comme bilan de ces dernières heures.

— Quelles matières as-tu choisies ? Il y a deux classes pour chaque niveau, peut-être aurons-nous de la chance et serons-nous dans certains cours ensemble, dit Samira.

Je salue les autres filles tout en m’asseyant. Francesca, Diana et Aurora me sourient, et je leur rends la pareille. Aurora replace une mèche de cheveux derrière son oreille et pique une pomme de terre. Mon estomac gronde et je suis impatiente de manger. Au moins, la bonne cuisine me réconforte un peu, car les talents culinaires d’Allory laissaient toujours beaucoup à désirer. Comparé à ça, de la nourriture surgelée ressemble à un festin. Cependant, Maman et Papa m’ont gâtée, car ils adoraient cuisiner et essayer de nouvelles choses. Même Blake et moi, nous les aidions parfois avant de nous régaler.

Me rappelant la question de Samira, je sors mon emploi du temps de ma poche, le place entre nous, et parviens à détourner mes pensées de la nostalgie. Les filles se penchent en avant pour examiner le bout de papier froissé.

— Tu as maths avec le professeur Jenkins, tout comme Aurora et moi, dit Diana.

Samira applaudit.

— Nous avons l’anglais et la bio ensemble. 

Au cours des quinze minutes suivantes, nous découvrons que je ne serai presque jamais seule dans un cours. L’une des filles sera toujours à mes côtés. Leur enthousiasme est contagieux. Un sourire se forme sur mes lèvres et je me permets de savourer cette sensation chaleureuse à l’intérieur de moi.

En moi, la joie de leur franchise est en conflit avec la peur de perdre à nouveau quelqu’un. Pour l’instant, il est difficile de dire laquelle l’emporte, car les deux émotions sont aussi fortes l’une que l’autre. Je ne veux céder à aucun de ces sentiments et je suis moi-même encore indécise sur ma relation avec ces filles. Après ma rencontre avec Lucas, il semble que je fasse désormais partie de leur groupe, mais est-ce ce que je veux vraiment ? C’est probablement la seule manière de traverser sereinement les prochaines années scolaires, car tout le monde a besoin de compagnie. Et tant que je fais attention à ne laisser personne pénétrer mon cœur, je minimise le risque d’être blessée.

Soudain, Diana dit :

— Oh, nous t’avons empêchée de manger. 

Je lève les yeux au ciel et la regarde, ses yeux bruns emplis de compassion. La salle s’est vidée et je regarde ma montre. Zut, le temps est passé beaucoup trop vite et je dois me dépêcher si je veux manger quelque chose avant la messe.

Je me précipite vers le buffet, remplis mon assiette et avale rapidement la nourriture une fois de retour à ma place.

En prenant la dernière bouchée, je manque de me planter la fourchette dans le visage suite à une bousculade par-derrière.

— Tu es folle ou quoi, Erin ? s’exclame Aurora, avant que je puisse pleinement saisir la situation.

Je me retourne, m’attendant à voir une fille repentante. Que nenni ! Un sourire narquois me frappe de plein fouet, indiquant clairement que cette bousculade n’était pas accidentelle.

— Qu’est-ce que tu voulais prouver avec ça ? je m’emporte, bondissant de ma chaise, les mains sur les hanches, fusillant Erin du regard. Tu essayais de me poignarder ou quoi ? 

— Juste une petite démonstration pour que tu saches où est ta place, répond Erin avec un sourire mielleux, ses amies riant de ses paroles.

Je reconnais immédiatement le type de fille qu’elle est. Les professeurs l’adorent sûrement pour sa servilité et son intelligence, alors qu’en coulisse, elle est cruelle envers quiconque ne se soumettant pas à elle.

— Tu aurais pu le faire de manière plus polie et moins dangereuse, répliqué-je, agitant ma fourchette.

Erin me déplaît, et ce, même si nous nous connaissons depuis à peine deux secondes.

Elle ignore mon commentaire et rit avec ses amies avant de quitter la salle à manger. Je ne comprends pas comment quelqu’un pourrait vouloir être ami avec elle.

— C’était incroyablement courageux, murmure Francesca lorsque je me rassois et pose ma fourchette.

J’avais espéré que le château de Kingswood serait différent des autres écoles, sans groupe d’élèves se sentant supérieur. Mais j’avais tort. Ici aussi, il y a des enfants qui se pensent meilleurs et qui se permettent d’intimider les autres.

— Ignore Erin, murmure Samira. Elle a vraiment du mal à la maison. 

Comme si c’était une excuse pour être cruelle envers les autres. Mais je n’ai pas le temps de réagir à ses paroles. Les filles se lèvent et je jette un coup d’œil à ma montre. Zut, le moment que je redoutais le plus est arrivé : le service religieux pour marquer le début de l’année scolaire. Depuis l’accident, j’ai perdu la foi en une force supérieure. Comment pourrait-elle voir ma douleur, et celle de tous ceux qui ont perdu un être cher, et ne rien faire ?

Pourtant, je traîne des pieds derrière les autres. Nous empruntons le couloir menant au hall d’entrée, et les couloirs déserts montrent que nous sommes en retard.

— Es-tu fou, Phil ? Darius nous tuera si nous sommes en retard, lâche Kira, énervée, avant de tourner au coin du couloir.

Suivie de près par Phil, elle manque de heurter Francesca, qui parvient à esquiver de justesse.

Les Royals, vivant dans leur propre monde, ne s’arrêtent pas et nous dépassent comme si nous étions invisibles. Peut-être le sommes-nous pour eux. Après l’incident avec Erin, cela ne me surprendrait pas. Mon père disait toujours que la vie scolaire est comme un champ de bataille. Seuls les forts en sortent indemnes. Les cicatrices qui se forment à ce moment-là ne guériront jamais complètement. Elles nous marquent à vie. Il avait raison. Tout ce que j’ai vécu ces dernières semaines et ces derniers mois m’accompagnera toujours. Ceux qui étaient à mes côtés, et ceux qui m’ont laissée tomber.

La pluie nous accueille lorsque nous sortons par les grandes portes battantes. J’aurais aimé que mon uniforme ait une capuche. Au lieu de cela, je hausse les épaules pour tenter de protéger ma tête de la pluie froide. Mais en vain, car en quelques secondes, de grosses gouttes coulent sur mes joues. Je tiens fermement la rampe en fer pour éviter de glisser sur les marches. Une fois en bas, nous accélérons notre pas, courant vers la petite chapelle adjacente au bâtiment scolaire. Samira pousse la lourde porte en bois et nous secouons l’eau de nos uniformes. Heureusement, le tissu est assez épais.

Même dans le vestibule, séparé de la nef par des portes en verre, je peux entendre le brouhaha des étudiants. Les élèves parlent tous en même temps, partageant leurs expériences de vacances et les dernières nouvelles. Leur joie est palpable. Grâce à l’écho créé par les hautes parois de pierre et le plafond en pointe, le niveau sonore est démultiplié. J’estimais qu’il y avait au moins cinq cents élèves, mais en entrant dans la nef, je révise mon jugement. Il n’y a guère plus de cent étudiants présents, riant et discutant. Comme dans la salle à manger, il y a ici une organisation stricte des places. Des bancs longs et étroits sont disposés de chaque côté, mais ils font face au centre de la pièce plutôt que vers l’autel. Cela signifie que les personnes assises se regardent mutuellement. À l’avant, il y a une table recouverte d’un drap blanc sur lequel repose un écran. Dans notre église, nous n’avions rien de tel ; partout, il y avait des peintures sacrées et des fleurs. L’autel y était incroyablement grand et ostentatoire. Ici, le concept semble différent.

La chapelle sert davantage aux réunions scolaires qu’à la prière collective. Juste devant le pseudo-autel commencent de chaque côté les rangées de sièges des garçons, suivies, séparées par une étroite allée, par celles des filles. Des colonnes s’élèvent le long des murs, se terminant par des arcs élégants, conférant à la salle une touche magique. Impressionnée, je regarde autour de moi. Ma peau picote et je m’attends presque à voir Nick-Quasi-Sans-Tête flotter dans les airs. Je glisse ma main le long du bois froid et écoute les gouttes qui frappent les grandes fenêtres en verre, superposées aux bavardages des élèves.

— Quand c’est une messe ordinaire, l’autel n’est pas recouvert et la fresque murale derrière est visible, m’explique Samira.

Je hoche la tête, toujours impressionnée par la chapelle. De l’extérieur, elle paraissait bien plus petite et discrète. Nous nous installons au deuxième rang et je me tourne vers Samira.

— Tous les élèves doivent-ils assister au culte ? 

— Oui, mais à cette heure-ci, seul le lycée est présent. Les classes inférieures ont eu leur cérémonie de bienvenue tout au long de la journée. Sinon, l’église serait bondée. 

— Et les Royals ? demandé-je, car doutant que les deux que nous avons rencontrés dans le hall fussent en route pour la chapelle.

Francesca se penche en avant, appuyant ses bras sur ses cuisses.

— Eux, bien sûr que non. 

— Naturellement que non, dis-je en levant les yeux au ciel.

Sa voix trahissait une vénération qu’on ne devrait réserver qu’à Daenerys Targaryen, la mère des dragons.

— Ils ont actuellement cours avec M. Blackcrown, ajoute Diana.

Je me laisse tomber contre le dossier du banc. J’avais complètement oublié.

— Donc, cela signifie qu’ils ont un programme complètement différent du nôtre ? 

— Oui, confirme Samira.

— Ils sont extrêmement intelligents. De plus, ils ont non seulement leurs propres enseignants, mais aussi d’autres matières et leur propre aile. Parfois, j’ai l’impression qu’ils se préparent pour d’autres baccalauréats. 

— Comment ça ? 

Samira jouant avec l’ourlet de son pull, je me penche vers elle, sa voix devenant de plus en plus basse.

— De temps en temps, ils s’assoient ensemble à la bibliothèque et j’ai remarqué qu’ils avaient des livres scolaires différents. 

— Peut-être qu’ils devaient les lire pour une dissertation ? je suppose.

J’ai du mal à croire Samira. L’admiration excessive des filles pour ce groupe semble biaiser leur jugement.

— Vous leur avez demandé pourquoi ils suivent d’autres cours ? 

Francesca hausse les sourcils.

— Leur demander ? 

— Oui ? 

— Non, ils restent à l’écart, dit-elle. Ils sont toujours ensemble. 

Diana acquiesce et regarde ailleurs, pensive.

— Avez-vous déjà pensé à leur demander ? 

Francesca secoue immédiatement la tête.

— Pas moi, ils semblent si… je ne sais pas, différents. 

— Je ressens la même chose, ajoute Samira ; je la regarde incrédule.

— Mais vous leur parlez, n’est-ce pas ? demandé-je tout riant, mais mon rire s’étouffe lorsque Samira baisse les yeux.

Qu’est-ce qui ne va pas avec ces filles ? Une telle timidité devrait être interdite. Les Royals sont juste des êtres humains, même s’ils se distinguent des autres par leur intelligence ou d’autres traits. Cela ne les rend pas meilleurs.

D’autres élèves entrent dans la chapelle et je reconnais certains visages de la salle à manger. D’autres sont totalement inconnus. Toutefois, je pourrais reconnaître Erin entre mille. Son rire cristallin emplit la salle, et il me semble, l’espace d’un instant, que même les murs vibrent en écho à sa joie.

— N’êtes-vous pas curieuses ? demandé-je, incrédule quant au statut que ces six adolescents semblent avoir dans cet internat.

J’ai presque l’impression que ces filles les vénèrent comme s’ils étaient des dieux ou de véritables têtes couronnées.

Francesca et Diana se sont maintenant lancées dans une conversation sur le nouveau professeur de sport, laissant ma question sans réponse. Pendant ce temps, Samira me fixe d’un regard intense.

— Curieuse ? 

— Oui, ne te demandes-tu jamais qui ils sont, pourquoi ils suivent d’autres cours, d’où ils viennent, quels sont leurs hobbies, leurs rêves et leurs désirs ? dis-je, laissant mes pensées s’échapper.

Ma camarade de chambre réfléchit un instant. Les bruits alentours sont assourdissants. J’aurais aimé me retirer dans un coin sombre et calme, loin de cette foule oppressante. Au lieu de cela, je récite l’alphabet mentalement, observant les filles en face de moi, absorbant chaque détail pour me distraire. Des minutes plus tard, alors que je ne m’y attendais plus, Samira répond enfin. Je me penche encore plus près d’elle, nos têtes se frôlant presque.

— Non. 

Non ? Est-ce qu’elle est sérieuse ? Je l’observe intensément, les bruits de fond s’estompent. Le désintérêt des filles me déroute. Mon cerveau s’efforce de déchiffrer leurs mots, de leur donner un sens, de les comprendre. Comment est-il possible que ce groupe vive si séparément des autres sans que personne ne semble s’intéresser à leur statut particulier ? Surtout dans un internat où les ragots sont rares. Suis-je la seule à trouver cela étrange ? D’autant plus que dans mon ancienne école, les élèves surdoués étaient l’opposé des Royals. Ils étaient évités, pas admirés.

Une cloche sonne, les conversations cessent et tous les élèves se lèvent en même temps. Sauf moi, bien sûr, car je ne connais pas encore les coutumes ici. Embarrassée, je bondis sur mes pieds et perds l’équilibre. Samira me soutient par le coude, je lui souris, reconnaissante. Soudainement, je ressens une grande excitation, mon cœur bat à tout rompre dans mes oreilles. Les portes battantes s’ouvrent avec force et le directeur entre, vêtu d’une robe flottante. Il avance majestueusement au milieu des rangs d’élèves, suivi de tout le corps enseignant. J’aperçois M. Hendriks et Miss Henriette, tous deux baissant les yeux tout en suivant la personne devant eux. Ils tiennent des bougies dans leurs mains et, une fois rassemblés autour de l’autel, la lumière est tamisée. Le directeur lève les bras et je me mets sur la pointe des pieds pour mieux voir ce qui se passe. God Save The Queen résonne soudainement à travers les murs et tous entonnent l’hymne britannique. Nos voix sont amplifiées par les murs de pierre, provoquant des frissons sur mes bras. L’acoustique ici est incroyable.

Après cela, le directeur, en abaissant ses bras, nous signifie que nous pouvons nous asseoir. Il doit sûrement avoir mal aux bras ce soir, ayant dû lever les bras si souvent pendant l’hymne.

— Bienvenue à nouveau, nous salue le directeur Higgins et des applaudissements retentissent.

Je sursaute, mais mes mains restent sur mes cuisses. D’une part, je suis surprise par cette réaction, car je n’ai pas l’habitude d’applaudir dans une église, d’autre part, je ne ressens aucune joie. J’aimerais tellement être chez moi avec maman et papa, me blottir contre eux devant la télévision et regarder un épisode de Sherlock ou Doctor Who. Malheureusement, cela est impossible. Des larmes montent à mes yeux et je les chasse rapidement. Me débarrasserai-je un jour de cette oppression dans ma poitrine quand je pense à eux ? Ou restera-t-elle une ombre perpétuelle sur mon âme, ternissant chaque moment de ma vie ?

— Cette année s’annonce exigeante avec l’approche de vos baccalauréats. Travaillez dur, concentrez-vous sur votre avenir, mais n’oubliez jamais les choses importantes dans la vie : confiance, solidarité et loyauté, énumère le directeur.

Je bois chacun de ses mots, retenant mes larmes, repoussant la tristesse.

— Utilisez le passé pour façonner votre présent et forgez votre avenir avec lui.

Ses paroles pèsent lourd sur mes épaules. Elles devraient être motivantes, mais elles me poussent plutôt à la réflexion.

— N’oubliez pas d’où vous venez, où vous êtes et où vous voulez aller. Ayez toujours votre objectif en vue et battez-vous pour votre chemin. Vous pouvez tout accomplir, et quiconque vous dit le contraire a tort. Soyez gentils et amicaux, traitez les autres avec respect. Soyez le changement qui fait la différence. Uniques et merveilleux, conclut-il.

Des acclamations emplissent la chapelle. Ses mots énigmatiques semblent avoir atteint leur but. Je me laisse aussi emporter. À un moment donné, Samira me tend une bougie, transmise à travers les rangées. Les enseignants marchent dans l’allée centrale et allument les mèches au premier rang, puis les élèves se retournent et la flamme se propage à travers la chapelle, illuminant toute la salle. Pendant ce temps, la mélodie d’une ancienne berceuse anglaise, que ma grand-mère me chantait autrefois, retentit et nous nous levons tous. Je me souviens à peine des paroles, mais cela n’a pas d’importance, car un bourdonnement envahit la salle, donnant à toute la scène une aura magique. Une chaleur m’envahit et je sens les élèves se rapprocher, jusqu’à ce que nous soyons tous épaule contre épaule. Nous nous balançons doucement d’avant en arrière, perdus dans la musique et la lueur des bougies, ressentant les mots du directeur : confiance, solidarité et loyauté. Les piliers de l’internat, les principes selon lesquels nous vivons ici. Et effectivement, je fais partie de ce tout, complétant le tableau en quelque chose de magnifique, acceptée telle que je suis. C’est pourquoi je me joins au bourdonnement, emportée par cette solidarité.

Lorsque la chanson se termine, les bougies sont éteintes, et pendant quelques secondes, tout est sombre, jusqu’à ce que la lumière revienne. Les enseignants quittent la chapelle, mais l’intérieur reste silencieux. Nous sommes plongés dans nos pensées, toujours captivés par ce moment, et personne ne semble prêt à le laisser partir. Confiance, solidarité et loyauté, je me répète mentalement. Un beau slogan

— S’il est vraiment vécu.

Ensuite, des conversations douces commencent et l’enchantement est rompu.

Samira prend ma main et m’entraîne hors de la rangée, dans l’allée centrale. Elle s’accroche à mon bras et pose brièvement sa tête sur mon épaule.

— J’adore cette cérémonie. 

Je suis trop submergée pour répondre autrement que par un hochement de tête. D’une part, je suis toujours enivrée par le sentiment que j’ai ressenti pendant le discours du directeur et la chanson, d’autre part, c’était effrayant, presque comme le rituel d’une secte. Je repousse ces pensées négatives et apprécie le sentiment d’appartenance. Cependant, ce sentiment ne dure pas longtemps.

Je pourrais les perdre, réalisé-je soudainement, tendue. Tous. Samira, Francesca et les autres filles pour lesquelles j’ai déjà développé une certaine affection.

— Viens-tu à la salle commune ? demande Francesca alors que nous montons les marches vers le hall d’entrée.

Je secoue la tête.

— Trop fatiguée. C’était une journée chargée, dis-je.

Un mensonge pour m’éclipser, l’idée d’une balade dans le campus me traversant l’esprit.

Mais je risque probablement de me perdre et de ne pas retrouver mon chemin vers l’internat, encore moins vers le dortoir des filles.

— Je comprends, dit Diana avec empathie.

Ce mensonge me pèse sur le cœur. La vérité aurait seulement blessé les filles, alors je garde le silence.

Nous nous séparons devant la salle commune et je traîne les pieds jusqu’à ma chambre. J’y prends mon téléphone et mes écouteurs. Je les connecte via Bluetooth et m’allonge sur mon lit. Je devrais probablement enlever et plier mon uniforme pour qu’il ne se froisse pas, car je dois faire ma propre lessive. Je le fais de toute façon depuis quelques années, donc ce n’est pas un problème pour moi, mais je n’ai qu’un seul uniforme de rechange, je devrais donc en prendre soin.

Oh, tant pis. Qu’est-ce qui pourrait mal tourner ? Ils ne vont certainement pas m’exclure des cours juste parce que mon uniforme est froissé, n’est-ce pas ?

J’ouvre Instagram pour me distraire, parcourant les publications de mes amis et me mettant à jour. Maintenant, je supporte à nouveau leurs photos et leur bonheur. Il y a quelques semaines, à chaque sourire, la colère montait en moi. Pourquoi ai-je mérité la mort de mes parents et la douleur qui s’en est suivie ? Pourquoi peuvent-ils rire pendant que la douleur me déchire ?

Je ne trouverai jamais de réponse à cela, car il n’y en a pas.

Sur un coup de tête, je prends un selfie pour capturer le moment. On ne voit que la partie inférieure de mon visage et l’écusson de l’école sur mon pull vert. Avec ma chanson préférée du moment d’Alec Benjamin, je la poste sur ma story. Il commence à faire sombre dehors, et la lumière vive de l’écran me fait mal aux yeux. Je verrouille donc mon téléphone, le pose à côté de moi, et me laisse complètement emporter par la musique. Je me laisse emporter par le courant de mes souvenirs, tellement absorbée que je ne sens pas la fatigue m’envahir peu à peu.

Chapitre 3

Un esprit brisé à confier à de bonnes mains

Lorsque j’ouvre à nouveau les yeux, la pièce est sombre et silencieuse. Confuse, je bâille et m’assois. La lueur de la lune pénètre et illumine suffisamment la pièce pour que je puisse distinguer ses contours. Le lit de Samira demeure intact, ce qui signifie qu’il est moins de vingt-deux heures, car c’est alors que le couvre-feu commence et tous les étudiants doivent être dans leur chambre. Une heure plus tard, on vérifie même si les lumières sont éteintes.

Remarquant que la musique s’est arrêtée, je retire mes écouteurs et m’étire de tout mon long, cherchant un peu de détente. Encore ensommeillée, je cherche mon téléphone et presse le bouton pour l’allumer. La lumière m’éblouit momentanément et je pince mes paupières pour voir l’heure. 21h03.

Pourtant éveillée, je me laisse retomber sur l’oreiller. Les événements de la journée me submergent et avant que mon esprit ne se focalise trop dessus, je balance mes jambes hors du lit et me change. Mon uniforme est légèrement humide à cause de la sueur. Dommage. Peu importe, demain, je devrais probablement visiter la buanderie. Ma mère m’a appris à faire la lessive, et j’utilise toujours le même détergent qu’elle avait acheté. Je ne pourrais probablement jamais en changer sans regretter cette odeur familière.

D’abord, je saisis mon pyjama, puis je change d’avis. Ne ressentant aucune fatigue, j’enfile un jogging et un épais sweat à capuche noir. Dans le dos se trouve un grand smiley dont les yeux sont deux croix. C’est le logo de l’un de mes chanteurs préférés, Louis Tomlinson. Le tissu doux épouse ma peau. Je tire la capuche sur mes cheveux ébouriffés. Mes bottes sont à côté de la porte, au lieu de les lacer, je glisse simplement les lacets à l’intérieur.

Après avoir mis mon téléphone dans ma poche, j’ouvre la porte et poursuis l’idée que j’avais eue cet après-midi. Une promenade serait sûrement apaisante et l’air frais éclaircira mes pensées. J’espère qu’il n’y a pas de règle à l’école interdisant de quitter le bâtiment après vingt heures.

Peu importe, je dois sortir. Je préfère enfreindre une règle que de passer toute la nuit éveillée, plongée dans mes souvenirs. Pour ne pas me perdre, je mémorise soigneusement mon chemin. C’est presque miraculeux que je trouve le hall d’entrée après une seule erreur. Prudemment, je baisse la poignée de la grande porte en bois et la pousse doucement.

Un souffle d’air froid me frappe et c’est seulement à cet instant que je réalise à quel point je suis soulagée que la porte s’ouvre réellement. Je respire profondément et frissonne. Il fait plus froid que je ne le pensais, mais cela ne m’empêche pas de sortir.

Trente minutes, tout au plus, avant de devoir revenir. Je ne veux absolument pas risquer d’être enfermée dehors. Je pourrais mourir de froid pendant la nuit. Quoique, il ne fait probablement pas assez froid pour ça.

Je glisse mes doigts glacés dans la poche de mon sweat et les réchauffe contre mon ventre, tout en levant le visage vers la lumière de la lune. Je cherche des constellations que je connais et découvre Cassiopée. Le « W » est sur le côté et l’une des étoiles brille particulièrement. Mes parents sont-ils là-haut, en train de me regarder ?

Ne sois pas ridicule, Laurie. Ils ne sont que de la poussière, rien de plus, résonnent les mots de l’ami de tante Allory dans mon esprit. Je les chasse en redressant mes épaules et en marchant quelques pas. Il y a au moins une bonne chose à visiter le Château de Kingswood maintenant : je n’aurai plus à voir Allory et son raté tous les jours. C’est déjà ça.

Je tourne au coin et m’arrête devant l’entrée de la chapelle. Le petit édifice est éclairé par la lueur de la lune et, soudain, je ressens un frisson qui monte le long de mon dos. Je fais le tour de la structure. Devant moi s’étend un grand espace vert. Probablement le terrain de rugby — les mâles de la création sont absolument fous de ce sport dangereux. Mon regard se déplace et découvre un chemin étroit qui mène à la forêt, séparant l’internat du reste du petit village où il est situé.

Derrière moi, le gravier crisse et je tourne frénétiquement sur moi-même, trouvant dans un buisson la cachette parfaite. Mon cœur bat rapidement, je le sens battre dans mes joues. Être attrapée maintenant serait le pire. Sans parler de l’impression que je laisserais dès la première semaine. Car je suis presque certaine qu’il fait partie des nombreuses règles, peut-être non dites, de ne pas quitter le bâtiment scolaire après la tombée de la nuit sans autorisation.

C’est pourquoi je me cache derrière un buisson, retenant mon souffle. La fraîcheur a disparu, remplacée par une chaleur qui monte sur ma peau. Je plie légèrement les genoux et réalise immédiatement que je n’ai pas la force de tenir cette position longtemps. Le crissement s’intensifie et l’inconnu passe directement à côté de la verdure derrière laquelle je me suis accroupie.

Je m’agenouille rapidement sur le sol humide, aspirant l’air dans mes poumons le plus silencieusement possible.

Soudain, tout est silencieux, tous les bruits sont couverts par les battements rapides de mon cœur paniqué. Peut-être que l’étranger est déjà passé et que, à cause de mes battements de cœur assourdissants, je l’ai manqué. Je me lève prudemment, ressentant immédiatement la tension de mes muscles. Mes genoux craquent, protestant contre le changement de poids.

Zut.

L’homme se tient à moins de deux mètres de moi, la tête renversée. Figée, j’observe ses cheveux blonds, qui brillent légèrement à la lumière de la lune, et je reconnais immédiatement Lucas. J’aurais dû m’en douter. Il n’y a qu’un groupe dans cette école qui semble avoir le droit de tout faire sans se soucier de rien : les Royals.

Quelle belle hypocrisie, Laurie... La différence est que j’essaie de rester discrète, tandis qu’il semble indifférent à qui ou quoi pourrait l’observer.

S’il te plaît, continue ton chemin, prié-je en fermant les yeux. Avec chaque respiration, mon pouls se calme, devient plus doux et contrôlé, jusqu’à ce que mes oreilles soient enfin libres d’écouter à nouveau. Le gravier crisse de nouveau sous des pas pressés.

Dieu merci ! Lucas disparaît.

J’ouvre les yeux et le regarde s’éloigner. Sa silhouette se rétrécit et disparaît finalement entre les arbres de la forêt. Ce n’est que plusieurs minutes plus tard que je me fie au silence, me redresse, étire mon dos et respire librement.

Que fait-il dehors, après tout ? D’un autre côté… on pourrait me poser la même question. Il y a beaucoup de réponses. Une promenade, un jogging, faire quelque chose de sinistre ou d’interdit… enterrer un cadavre, pratiquer un rituel satanique.

Bon, maintenant c’est absurde, mais je ne comprends pas comment six adolescents peuvent s’isoler autant des autres, comme s’ils étaient spéciaux. Les explications de Samira étaient maigres et illogiques pour moi. Comment peut-elle ne pas se soucier de savoir pourquoi ces élèves suivent d’autres cours, pourquoi ils restent entre eux et ne laissent personne s’approcher d’eux ?

« Vampire », l’idée traverse soudainement mon esprit, et la table des Cullens dans « Twilight » apparaît devant moi. La manière dont ils se tiennent à l’écart des autres. Cependant, les Royals ne sont ni pâles, ni particulièrement… enfin, ils semblent assez humains. Cependant, je ne les ai jamais vus à la lumière du jour, qui sait, peut-être brillent-ils.

D’accord, c’est officiel : je deviens folle. Des vampires ? Vraiment ? Laurie, allons ! En riant de moi-même, je marche sur le sentier, faisant tourner mes bras. Tandis que mes épaules craquent, contentes de pouvoir enfin reprendre une position droite, je prends une décision. Il n’y a qu’une seule façon d’en savoir plus sur les Royals.

D’un pas décidé, je suis Lucas. Le clair de lune éclaire mon chemin, du moins jusqu’à ce que les arbres se dressent devant lui et que les ténèbres m’enveloppent. Plus je m’approche des branches, moins je vois. Cependant, je continue de marcher le long du petit sentier battu. La curiosité me pousse, car je veux savoir ce qui se cache derrière le statut spécial de ces jeunes. Ils fréquentent tous la même école depuis des années, pourtant ils semblent vivre séparément. Impossible dans un lycée normal. Peut-être que les choses sont différentes dans cet internat, mais je viens du monde réel. Je suis curieuse de savoir qui sont les Royals et pourquoi ils jouissent de divers privilèges. De plus, Lucas détourne mes pensées, chasse le mal du pays et m’occupe pendant un moment. Une situation gagnant-gagnant en quelque sorte. Enfin, en réalité, je suis la seule à gagner.

Soudain, la forêt s’ouvre sur une clairière, au centre de laquelle se trouve un petit lac. Maintenant, il y a deux lunes. Dans le ciel et son reflet. Lucas est assis au bord, les genoux repliés contre sa poitrine et les bras autour. J’observe son dos, légèrement courbé.

Tremble-t-il ?

Pleure-t-il ?

Ridicule.

À cette distance, il est impossible de le dire. En réalité, c’est plus une sensation que j’ai. Son aura s’accroche au sol, glisse sur l’argile et m’atteint. L’obscurité de la solitude m’atteint, me coupe le souffle pendant une seconde, puis le sentiment disparaît, ne laissant qu’un vide que je ne peux pas combler pour le moment. Je secoue la tête, pose mes mains sur mes tempes et exerce une légère pression.

Qu’était-ce ?

Mes sentiments ?

Ou les siens ?

— Tu me suis ? résonne la voix de Lucas.

Je sursaute.

Merde. Les pensées s’embrouillent dans ma tête et je cherche une issue, mais Lucas se tourne déjà vers moi.

Zut. Zut. Zut. Il m’a vue.

Prise en flagrant délit, je m’approche de lui et m’assois à côté de lui dans l’herbe, n’ayant guère d’autre choix. Du moins, si je ne veux pas agir comme une enfant et simplement m’enfuir. J’admets qu’une seconde, j’y pense, mais Lucas ne me donne aucune raison de fuir. Et peut-être est-ce ma chance d’en savoir plus sur les Royals. Cependant, je ne connais pas Lucas, donc il faut être prudente. Et l’attaque est la meilleure défense, non ?

— Pourquoi le ferais-je ? répliqué-je brusquement.

— D’abord, tu manques de me casser tous les os pendant le dîner et, le lendemain, tu m’épies dans mon endroit préféré, dit-il pour résumer nos interactions.

Un sentiment de soulagement m’envahit.

— Tu ne rêves que de ça. 

Lucas esquisse un sourire, puis redresse ses épaules et étend ses jambes.

— Sérieusement, qu’est-ce que tu fais ici ? 

Lucas a de l’humour et, de près, il ne ressemble guère à un vampire. Et même s’il l’était, il semble être repu pour l’instant. De plus, ses pupilles ne sont ni rouges ni dorées, mais aussi sombres que l’eau qui repose tranquillement devant nous. Lucas me scrute et je vois de la curiosité dans son regard. Peut-être sommes-nous dans le même bateau ? Peut-être ne suis-je pas la seule à vouloir en savoir plus sur lui. Alors je décide de dire la vérité.

— Je te suivais, je l’admets.

Son sourire s’élargit et il acquiesce. Cette conversation détend mes muscles, les amenant à se relaxer. Cela me rappelle la complicité qui existait entre Blake et moi. Nous savions ce dont l’autre avait besoin et nous résolvions chaque situation avec humour. Quoi qu’il en soit, nous étions solidaires. Comme frère et sœur. Merde, Blake me manque. Et mon ancienne maison.

Lucas incline la tête, me rappelant encore plus Blake, et un frisson me parcourt les bras. Si je ferme les yeux, je peux presque croire que j’ai vraiment Blake devant moi. Mon cœur souffre immédiatement moins, oublie la nostalgie et se délecte des souvenirs qui se mélangent au présent.

— Pourquoi ? demande Lucas.

Je hausse les épaules.

— Eh bien, c’est une très bonne question. 

Le sourire de Lucas s’élargit.

— Je sais. 

— As-tu besoin d’aide avec ton ego ? dis-je en levant les yeux.

Peut-être éviterai-je ainsi de répondre.

— Non, je peux très bien m’en occuper tout seul, merci. 

Frissonnant, je glisse mes mains dans mes poches. Quelque chose fait des clapotis dans l’eau et je tourne brusquement la tête, mais rien ne bouge. Le lac est calme et presque immobile devant nous. Et, soudain, je suis à nouveau envahie par ce sentiment de vide intérieur. Comme un corps étranger, il se fraye un chemin à travers moi, occupant inexorablement chaque centimètre, jusqu’à ce que je semble entièrement composée de cela. Une coquille sans contenu. Je perds le contact avec moi-même, regardant comme une autre personne ce sentiment qui m’est étranger dans cette intensité. Quelque chose ne va pas ici. Les émotions sont si… intenses.

Je manque d’air et j’aimerais me rouler en boule sur le sol boueux pour garder ensemble les parties de moi qui menacent de se briser. Je prends une grande respiration, appuie mes mains à plat sur mon ventre et retiens un haut-le-cœur. Au moins, le froid a disparu, car maintenant, la chaleur monte le long de mes veines.

— Ça va ? demande Lucas.

Je secoue la tête. Puis je hoche la tête, car aussi vite que ce sentiment de solitude profonde est arrivé, il a disparu. Le vide en moi est de nouveau comblé.

— Je ne sais pas, parviens-je à dire en me levant précipitamment.

Qu’était-ce ? Pendant un instant, j’ai eu l’impression de voler en éclats. C’était la chose la plus douloureuse que j’aie jamais vécue, à part la mort de mes parents.

Je tourne en rond, nerveusement. Lucas se lève également, me saisissant par les bras pour stopper mes mouvements.

— Respire, me dit-il doucement. Inspire, expire.

 Inspire et expire.

 Inspire et expire.

 Inspire et expire.

Cela m’aide. Je me calme.

— Allons marcher un peu, suggère Lucas en m’entraînant avec lui. Ça ira sûrement mieux. 

— Qu'est-ce que c'était ? 

— Probablement une baisse de tension, pense Lucas, mais je secoue la tête.

C’était complètement différent.

Nous continuons notre chemin dans la forêt et je n’ai d’autre choix que de suivre Lucas. Mes pensées sont encore embrouillées par la douleur, qui ne semblait pas être la mienne. Depuis l’accident, j’ai souvent souffert, mais ce vide…

Bon, ça suffit. Ça ne sert à rien. Je tente de me ressaisir et peu à peu, mon esprit s’éclaircit. Ai-je tout imaginé ? Tout à coup, ce que j’ai vécu me semble surréaliste. Comme quelque chose que quelqu’un m’aurait raconté, mais que je n’aurais jamais ressenti moi-même. Pourtant, tout mon corps souffre de cette impression de voler en éclats. Bon sang, cela deviendra-t-il habituel ? Pourquoi est-ce que j’imagine soudainement des choses qui ne peuvent pas réellement arriver ? Hier, cet homme, et aujourd’hui, cette douleur ? Qu’est-ce que c’est ? Mon cerveau est-il endommagé ?

— Laurie ? m’interpelle Lucas.

Je réalise que nous avons presque fait le tour complet du lac. Combien de temps suis-je restée perdue dans mes pensées ? Je le regarde, surprise.

— Comment connais-tu mon nom ? 

Je pensais que tout ce qui se passe au Château de Kingswood échappait aux Royals, qu’ils vivaient dans leur propre monde.

— Depuis hier, tu es le sujet de conversation numéro un. 

— Quoi ? 

— Ben, parce que tu es nouvelle, c’est logique, dit Lucas en me regardant avec des sourcils levés.

— Logique, murmuré-je, heureuse de pouvoir me concentrer sur autre chose que mon état mental.

— Et qu’est-ce que les gens disent ? 

— Tu es un mystère. 

— Un quoi ? 

— Un mystère. 

Je lève les yeux au ciel. Pour qui me prend-il ? Une illettrée ?

— Je sais ce que cela signifie, mais je n’ai jamais entendu quelqu’un utiliser ce mot. Du moins, pas en dehors d’un film ou d’un roman.

— Personne ne sait vraiment qui tu es. Certains pensent que tu viens d’une famille très riche, d’autres pensent que tu es complètement pauvre, explique Lucas, ignorant ma remarque.

Je fronce les sourcils, sceptique. Je n’ai remarqué personne me regarder en cachette ou chuchoter à mon sujet.

— Bon, d’accord, dit soudainement Lucas. Personne ne se le demande. Sauf moi. 

Je lui donne une tape sur le bras.

— Tu voulais me piéger. 

— Oui, admet-il en haussant les épaules d’un air désolé.

Nous sommes maintenant revenus à notre point de départ.

— Mais une chose est vraie. On sait très peu de choses sur toi. Et je voulais en savoir plus. 

— C’est l’hôpital qui se moque de la charité, répliqué-je. Si je suis censée être un mystère, qu’es-tu alors ? Un trou noir ? 

— C’est devenu moins mystérieux, il y a même une photo de ça maintenant, dit Lucas.

J’essaie de lui tirer les vers du nez.

— Tu sais ce que je veux dire. 

Il secoue la tête, mais je ne crois pas à ce geste. Le mouvement est saccadé, pas assez fluide pour être authentique.

— Vous êtes comme une licorne inversée. Juste sous nos yeux, mais toujours inconnue, expliqué-je à Lucas.

Il en a ri.

— J’ai été appelé de bien des manières, mais personne ne m’a jamais traité de licorne. 

— Licorne inversée, rectifié-je.

— Néanmoins, une licorne. 

— Tu changes de sujet. 

— Peut-être, admet-il.

— Pourquoi ? 

Lucas se contente de hausser les épaules.

— C’est compliqué. 

— Donc, tu ne veux pas en parler, je conclus, car c’est toujours compliqué.

— Qu’est-ce que tu veux savoir ? 

Lucas me surprend avec sa question et je reste bouche bée.

Mille pensées me traversent l’esprit, mais je ne veux pas être impolie et être trop directe. Le lien qui semble se tisser entre nous est fragile. D’un autre côté, je suis trop curieuse de savoir qui se cache derrière cette façade, et mon cœur aspire au sentiment de chez soi qu’il me transmet, me rappelant Blake à chaque geste, chaque mouvement. C’est presque comme si nous nous connaissions depuis toujours et qu’il faisait aussi partie de ma famille, comme Blake l’était. Mon grand frère, qui était toujours là pour moi, quoi qu’il arrive. Enfin, jusqu’à ce que je le repousse. Je ne referai pas cette erreur.

— Qui es-tu ? demandé-je prudemment, laissant délibérément ma question vague pour permettre à Lucas de décider de l’ampleur de sa réponse.

— Je suis moi, répond-il.

Je pressens que cette conversation ne va pas être facile, surtout s’il continue à être aussi évasif.

Nous nous faisons face, et j’observe attentivement Lucas. Je remarque l’expression pensante qui occupe son visage. Il semble toujours un peu distrait, comme s’il n’était là qu’à moitié, l’autre moitié de son esprit étant plongée dans un autre monde, préoccupée par des choses tout à fait différentes.

— Raconte-moi trois choses sur toi, précisé-je.

Lucas se balance légèrement d’un côté à l’autre, son regard se perd au loin avant de se fixer sur moi.

— Je suis plutôt du genre à aimer les chats, j’adore le jazz et j’ai un faible pour les livres cherche-et-trouve. 

— Des cherche-et-trouve ? m’exclamé-je, amusée. Je ne m’y attendais vraiment pas.

— Tu connais Où est Charlie ?

— Peut-être que tu es moins mystérieux que je ne le pensais, dis-je en souriant.

— À ton tour. 

— Mon tour de quoi ? 

— Révèle-moi trois choses sur toi. 

Lucas renvoie la balle dans mon camp. Je déteste cette question. Je réfléchis en mordillant doucement ma lèvre inférieure.

Premièrement : Mes parents sont décédés. Deuxièmement : C’était de ma faute. Troisièmement : Allory me déteste pour cela. Au lieu de dire tout cela, je me détourne légèrement de Lucas et regarde le ciel.

— C’est compliqué, murmuré-je, me donnant du temps pour réfléchir. J’adore le café, surtout le café glacé en été. La musique est mon refuge, sans elle je suis de mauvaise humeur. Et… hm, je réfléchis. Quoi d’autre ? Habituellement, j’évite de trop penser à moi-même. Je préfère me distraire avec d’autres choses. Je ne peux pas rivaliser avec les cherche-et-trouve, mais j’ai un faible pour les bananes. J’irais même jusqu’à dire que c’est mon fruit préféré. 

— Des bananes ? dit Lucas en faisant une grimace.

— Oui, tout a meilleur goût avec. Même les gâteaux deviennent bons. 

— Cela signifie-t-il autrement que tu ne manges pas de gâteau ? 

Je hausse les épaules et continue mon chemin en direction du bâtiment de l’école. Lentement, la fatigue commence à prendre le dessus, rendant mes membres lourds. J’ai intérêt à aller me coucher si je ne veux pas marquer les esprits demain avec mes énormes cernes.

— Le gâteau marbré, ça passe. Mais les crèmes au beurre et à la chantilly, c’est vraiment trop, ça me donne la nausée. C’est pourquoi je n’aime pas les tartes. Les pâtisseries sucrées, c’est bon. Ou des gaufres, des crêpes, ce genre de choses. 

— Et les brownies ? 

— C’est acceptable. Souvent trop chocolaté pour moi. 

Lucas rit.

— Trop de chocolat ? C’est comme dire : « C’est trop garni de fromage ».

Je souris, sachant que mes prochains mots pourraient le choquer.

— Je ne mange pas de fromage. 

Lucas s’arrête brusquement.

— Pas de fromage ? 

— Pas de fromage, confirmé-je.

Il me regarde, étonné.

— Alors, quel est le sens de ta vie, Laurie ? Les meilleurs plats sont garnis de fromage. Pizza, lasagne fondue… et ce ne sont que les trois premiers qui me viennent à l’esprit. 

— Je sais, dis-je, sachant très bien combien le fromage peut être délicieux.

— Alors pourquoi t’en priver ? 

— Je ne veux pas causer de préjudice à d’autres êtres vivants, dis-je succinctement, espérant qu’il laisserait tomber le sujet.

— J’admire cela, dit soudainement Lucas, me surprenant.

Jamais personne appartenant à la faction des mangeurs de fromage n’a réagi de la sorte. Le véganisme est un sujet qui offre un potentiel incroyable de discussion. Mais je ne veux pas cacher mon attitude face à la vie. Elle m’appartient et devrait simplement être acceptée.

Frissonnante, je me frotte les bras et un silence s’installe autour de nous. Lucas est-il en train de réfléchir à ce que serait une vie sans pizza au fromage ? Nous sortons de la forêt et je peux apercevoir la petite chapelle devant nous. La promenade était le bon choix, elle m’a apporté la sérénité dont j’avais besoin pour bien dormir cette nuit. Peut-être que cela est aussi un peu grâce à Lucas, qui, sans le savoir, m’a libérée de la nostalgie de mon chez-moi.

— Écoute, commence-t-il soudainement en s’arrêtant.

— Nous ne pouvons pas être amis. 

— Quoi ? 

Son aveu me prend au dépourvu. Je le regarde, stupéfaite. Immédiatement, la nostalgie refait surface et je comprends instantanément comment Blake a dû se sentir quand je l’ai repoussé.

Lucas regarde tristement ses chaussures. Je peux sentir son malaise.

— Je ne peux pas expliquer… 

— Je comprends, l’interromps-je, mais les mots me sont difficiles à prononcer. C’est bon. Je comprends. 

Mensonge. Son rejet n’a aucun sens, car pendant notre promenade, j’avais l’impression d’avoir trouvé un nouvel ami. Mais peut-être que ce sentiment ne venait que de moi, puisque je voyais Blake devant moi la plupart du temps, je sentais sa présence à mes côtés et je me suis peut-être trop complu dans ce sentiment de sécurité.

— Je doute que tu comprennes vraiment, murmure Lucas en poussant un lourd soupir. J’ai vraiment apprécié cette soirée. 

— Mais ? 

Maintenant je suis perplexe et trépigne nerveusement d’un pied sur l’autre. Cela fait longtemps que je n’ai pas autant baissé mes gardes avec quelqu’un et cela aurait-il été une erreur ? Pourquoi Lucas dirait-il une chose pareille, alors que je sens qu’il souhaite exactement le contraire ?

— C’est compliqué.

Je ris aux éclats.

— Mon Dieu, je ne veux pas te séduire, je veux juste être ton amie. 

— Laurie, c’est vraiment difficile pour moi. 

— Explique-moi. 

Lucas soupire. J’ai la chair de poule. Il a l’air incroyablement triste, comme s’il supportait la douleur de toute une nation. Soudain, j’ai peur. Qu’est-ce qu’il cache ? Est-il vraiment un vampire ?

N’importe quoi.

Ou peut-être ?

Peu importe quel est son secret, il le gardera pour lui, c’est ce que je déduis de son silence.

— Je pensais que nous étions sur la même longueur d’onde, murmuré-je en me tournant légèrement.

— Tu as mal compris, rétorque Lucas.

Je presse mes lèvres l’une contre l’autre. J’ai aimé notre conversation, et cela fait mal d’entendre ses mots maintenant.

— Je ne pourrais jamais être ami avec quelqu’un comme toi, dit-il, ce qui m’énerve.

— Quelqu’un comme moi ? Qu’est-ce que cela signifie ? Parce que je ne fais pas partie de votre club élitiste et que je n’hériterai pas d’une fortune de mon père ? 

Offensée, je fais demi-tour et m’éloigne rapidement. En chemin vers l’internat, je secoue la tête, surtout à cause de moi-même. Comment a-t-il pu me tromper à ce point ? C’est probablement de ma faute, car je suis allée vers lui, j’ai engagé la conversation, puis j’ai directement supposé que nous serions amis. Quelle naïveté, car c’était Lucas devant moi, pas Blake.

Le sentiment de connexion appartient à une amitié que Lucas m’a simplement rappelée, il ne vient manifestement pas de lui. En montant les marches de l’entrée, je pense au garçon mystérieux de la veille et m’attends presque à le voir au prochain coin. Ses yeux scintillants brûlent ma peau à leur simple pensée. Comme s’ils pouvaient voir à travers moi en un clin d’œil, comme si nous étions faits de la même essence, unis. Une chaleur envahit mes membres et son regard me manque, je souhaite vraiment qu’il revienne et guérisse la blessure que l’attitude de Lucas a laissée.

Bon sang, Laurie, tu deviens vraiment folle. Tu t’es fait des illusions sur ce mec, arrête de le regretter.

Je me tire les cheveux, monte les marches et essaie d’être discrète. Mais le rejet de Lucas résonne si fort en moi qu’il doit être audible de loin. La déception est profonde.

Soudain, ce pensionnat semble solitaire et froid. Je ressens le désir d’être étreinte par ma mère. La douleur est à nouveau présente, alors je décide de m’échapper dans la salle de bain. Je n’ai aucune idée de l’heure qu’il est, mais Samira doit sûrement être dans son lit et je veux éviter son regard scrutateur. Répondre à ses questions serait la fin pour moi.

Juste avant d’ouvrir la porte, j’aperçois au bout du couloir le garçon d’hier, comme s’il avait ressenti mon désir de proximité. Il est là, me regardant, un sourcil levé, les bras croisés sur sa poitrine. Il semble incroyablement réel pour une hallucination, mais peu importe ce qu’il est pour le moment. Sa simple présence est réconfortante et familière, balayant la solitude. Je m’arrête, puis m’avance lentement vers lui. À chaque pas, je ressens une chaleur douce autour de moi, comme si j’étais enveloppée dans de doux nuages.

Puis, la silhouette disparaît. Aussi soudainement qu’elle était apparue. Je cligne des yeux, perplexe, puis me sonde intérieurement. La déception du rejet de Lucas s’est dissipée. Avec elle, la douleur et la tristesse ont également disparu. À la place, l’étranger m’a laissé un cadeau — la paix et l’insouciance. Je suis en harmonie avec moi-même, la situation, et mon environnement.

C’est pourquoi je fais la seule chose logique : je vais me coucher et profite du silence dans ma tête.